Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Anime Zankyou no Terror (Terror in Resonance)

Discussion dans 'Manganime' démarrée par Celia, 10 Juillet 2014.

Publicité

  1. Eris
    Hors-ligne

    Eris Nébuleuse Modo Atelier Modo Évasion Flower Power

    Inscrit:
    3 Février 2012
    Messages:
    3.379
    Twitter:
    @Mlle_Eris
    Série finie en retard, après avoir marathonné les derniers épisodes. Je vais revenir sur plusieurs choses dans ce message :
    - Le parallèle flagrant avec Cowboy Bebop : Tengoku no tobira, du même réalisateur, et comment les deux œuvres se complètent à mon avis
    - Le personnage de Lisa
    - Un bref topo des points que j'ai aimés, et ceux qui m'empêchent de la recommander à tout prix.

    Et je confirme donc mon message de mi-visionnage, Watanabe a littéralement récupéré le script du film Cowboy Bebop : Tengoku no Tobira. C'est gênant au départ, mais ça permet néanmoins d'avoir un regard nouveau sur le film et d'essayer de mieux comprendre pourquoi ce dernier avait frustré le réalisateur.

    En gros, la trame est comme telle (attention spoil sur la fin) :
    - Inconnu débarque dans une ville animée
    - Inconnu aime bien se faire remarquer avec des explosions
    - Inconnu mène les gens aux explosions par le biais de devinettes intellos visionnées à grande échelle
    - Mec cool est aussi intelligent, il court avec plus ou moins de succès après Inconnu, mais celui-ci arrive encore à le devancer
    - En fait la motivation de Inconnu est à mi-chemin entre la vengeance et la recherche d'identité : il est la victime d'expériences top secrètes qui l'ont marqué et isolé à tout jamais
    - Le plan final de Inconnu n'est pas une simple explosion, les répercussions sont plus pernicieuses
    - Les femmes s'en mêlent
    - C'est le bordel
    - Mec cool arrive pour l'affrontement final
    - Inconnu se laisse tuer mais pas par Mec cool (Mec cool est intègre), parce que pour Inconnu c'est la seule finalité possible
    - Mec cool continue sa vie comme si de rien n'était mais est cependant marqué par le bla bla de Inconnu.

    Le vrai changement ici, et qui n'est pas des moindres, est qu'on suit l'histoire d'abord depuis le point de vue du fauteur de troubles, et non pas celui du justicier. Et ça donne une toute autre saveur au final. Alors que Cowboy Bebop nous présentait une rencontre confuse et triste, ici Zankyou no Terror devient par le biais de ses héros une boule de tristesse et de confusion, et ça la rend d'autant plus bouleversante. Et je pense que c'est pour ça que Watanabe est revenu sur cette histoire : l'injustice dont avait été victime Vincent dans Cowboy Bebop apparaissait comme une fatalité nécessaire à la "motivation du méchant" (ces raisons plus ou moins bidons pour justifier les actes du personnages), et du coup tout l'aspect intolérable de cette injustice, et peut-être même dénonciateur, était passé à la trappe.
    Et la mort du personnage sonnait moins comme l'ultime injustice envers la victime (le fait de ne pas pouvoir obtenir justice), que comme la fatalité qu'on reconnait et accepte pour tout méchant pas si méchant : la mort, c'est plus classe que la prison à vie, youpi. (Coucou Esprits criminels.)

    Au contraire avec Zankyou no Terror, on se prend de plein fouet les répercussions du comportement égoïste et malsain des types à la tête des expériences. Et mince, ça fout vraiment un coup. Pas de suite, mais dix secondes après le début du générique de fin, je pleurais sans trop savoir pourquoi. Sûrement parce que le réalisateur nous a rappelé que l'injustice va souvent de pair avec l'impuissance, quel qu'en soit son degré. Mon père a fait le lien avec Le Grand bleu, à moitié à raison, parce que la fin des deux œuvres s'inscrit dans un même mouvement fataliste (quel que soit le chemin qu'on prend, il mène à la mort), mais Zankyou no Terror rajoute quand même une valeur sociale et politique. Et j'ai la fle' d'argumenter plus là de suite, donc je vais passer à l'autre sujet qui m'intéresse avec cette série. (Parce que les avis divergent.)

    LISA.
    L'inutile, la cruche, l'incompétente Lisa.
    Soit le personnage qui se rapproche le plus du spectateur.

    Il faut déjà prendre en compte le fait que Zankyou no Terror, malgré l'enchaînement de trucs qui explosent et de révélations qui sont faites, se passe sur une durée très, très courte. Si je ne me trompe pas, épilogue mis à part, la série doit se dérouler sur deux-trois semaines grand max. Dites si je me trompe, j'ai coupé le visionnage en milieu de série, et ma mémoire n'est plus très fraîche par rapport à la chronologie de la première partie.
    Maintenant, imaginez-vous : vous êtes dans le creux de la vague qu'est votre vie. Celle-ci est encore sur les rails posés par la société (l'enseignement général au lycée), mais vous roulez sans motivation, parce que la société et votre entourage vous font souffrir et étouffent votre confiance en vous. Vous n'avez donc aucune estime pour vous-même, vous n'arrivez pas à vous épanouir et vous vous laissez rouler sur les rails sans même avoir envie de savoir où ça va vous mener. C'est l'adolescence, voire le tout début de l'âge adulte : c'est dérisoire d'un point de vue extérieur, mais bon dieu que c'est lourd quand on a les pieds dedans. Ça, c'est Lisa.

    Lisa est donc la personnification d'un mal-être qui touche beaucoup, beaucoup de monde aujourd'hui, et en particulier les jeunes. Mais de manière plus pragmatique, elle est aussi et surtout victime de violence morale, domestique et scolaire, et un enfant qui subit ce genre de violence ne peut pas s'épanouir normalement. En général, les symptômes comportementaux révèlent une attitude apathique, triste. C'est quelque chose de grave, ce n'est pas anodin, et on ne peut pas balayer ces problèmes à coups de bombes. Et ce n'est pas en trois semaines qu'elle va se réveiller. Elle ne va pas changer du tout au tout, juste parce qu'elle se retrouve embarquée dans quelque chose dont elle n'a de surcroît absolument aucune idée. Sérieusement, comment voulez-vous qu'elle aide alors que personne ne lui explique quoi que ce soit ? Elle ne saura rien ni des tenants et aboutissants des actes de Sphinx, ne sera jamais invitée à y prendre part, ne saura pas qui cela concerne, qui ça implique, rien, rien, rien. Mais qu'à cela ne tienne, pourquoi ne ferait-elle pas le premier geste, comme tous les héros qui se retrouvent embarqués dans une histoire qui ne les concernent pas a priori ? Tout simplement parce qu'elle a été élevée dans une société qui lui dicte de ne pas se mêler de ce qui ne la regarde pas, ce doublé de problèmes psychologiques qui l'empêchent de prendre la moindre initiative : Combo Breaker. Elle est complètement dépassée par les événements, et vu la teneur de ceux-ci, c'est normal.

    Je donne l'impression de trop en dire sur Lisa, mais c'est à moitié fait exprès (l'autre moitié, c'est juste parce que je ne peux pas m'en empêcher ;D ). C'est parce que ce genre de personnage ne doit pas démériter par rapport aux autres, juste parce qu'elle a accompli moins d'actes "héroïques".
    A côté de ça, comme ça a déjà été dit, Lisa a apporté le besoin profondément humain que Nine et Twelve ne pouvait imaginer trouver, et pour moi c'est juste énorme. Elle a donné à Twelve une sorte de raison d'être dépourvue de toute rancune. Son imperfection a permis à Twelve et Nine de ne pas passer pour des psychopathes assoiffés de vengeance (ce à quoi Vincent a eu droit avant l'arrivée trop tardive d'Electra, beuh).

    Bref, je ne vais pas non plus jusqu'à dire que j'ai vénéré le personnage, ce qui a été loin d'être le cas, mais je ne l'ai pas non plus méprisée (sauf pour le coup des mikado dans le curry. Please.). C'est un personnage comme un autre, mais qui tranche avec le reste du casting à cause de son réalisme.


    Et puisqu'on aborde ce point, je peux enfin terminer avec le récap' des points auxquels j'ai adhéré, mais d'abord ceux qui m'ont laissée de marbre :

    Les points négatifs en fin de série, en bref (attention spoilers sur la fin) :
    • Le traitement auquel a eu droit Five. Comment un personnage aussi classe visuellement a-t-il pu être autant délaissé au niveau de son développement ? Cette fille donne l'impression tout du long de cacher une motivation secrète ambiguë, mais au lieu d'avoir une conclusion chiadée pour son arc, on se prend un bras d'honneur sous forme de phrase à la noix, de kiss (il n'était même pas beau, sérieux ! D: ) et de suicide inopportun. Sérieusement, pourquoi avoir foutu la merde et fait paniquer tout le monde si c'est juste pour s'arrêter en plein milieu ? Je ne suis peut-être pas très compréhensive, mais en même temps la seconde moitié de l'épisode 10 était mal foutue, pendant laquelle Nine se retrouve embarqué dans une course poursuite en voiture sur laquelle il n'a aucun contrôle. Du coup le suicide de Five sous fond de "décidément t'es le plus fort" m'a laissée de marbre, parce que pour le coup, Nine n'a vraiment, vraiment rien fait d'incroyable pour s'en sortir, à part dégager de la bagnole après s'être pris un tonneau. C'était vraiment la conclusion en trop pour un personnage complètement bordélique.
    • L'adorable raccourci : "on est des Américains donc personne ne peut rien dire sur notre comportement, même en se baladant dans des hélicos armés en pleine ville".
    • Avoir tué Nine et Twelve parce qu'ils étaient témoins des actes répréhensibles par l'agent américain Five, et avoir laissé Lisa en vie alors qu'elle en a été la première victime. C'est beau de vouloir justifier l'exécution des deux personnages principaux, mais il aurait fallu être plus convaincant.
    • Le côté très "Fight Club" lorsque la bombe nucléaire explose, avec Twelve et Lisa qui se donnent la main pour admirer le spectacle. J'avais trouvé ça assez ridicule dans le film, et comme ça m'y a fait penser, ça a gâché le moment un chouia romantique entre les deux.

    Les points positifs en fin de série, en bref, mis à part ceux relevés avant dans le message :
    • Justement le fait de ne pas avoir conclu sur l'explosion de la bombe et le couple qui se tient la main, comme ça a été le cas dans Fight Club. Ben ouais, y a des conséquences après, c'est bien d'être allé au-delà.
    • Comme pour plusieurs sur le topic, le côté très "divertissement américain", mais qui ne s'arrête pas là. Même si certaines choses ont été confuses, on a senti l'ambition.
    • Le son. La musique, les génériques, les doublages, les bruitages.
    • L'épisode 9. Malgré un désamorçage de la bombe un peu fait n'importe comment (pourquoi ne pas avoir détaché la bombe, avoir pété une fenêtre et l'avoir balancée ?), je suis d'accord avec le reste des avis sur le topic : le suspens romantique, tout en regards et en déclarations à demi avouées, est très bien passé.
    • Le pantalon qui s'arrête à mi-cheville et les mocassins du détective. Ahan.

    Entre autres. Voilà, en bref j'ai bien aimé Zankyou no Terror, même si la série reste seulement un bon divertissement, et passe à côté de la perle, à cause d'erreurs scénaristiques un peu tristes. Elle m'a en outre permis, à titre personnel (je ne proclame pas avoir saisi ce que voulait le réalisateur), de compléter le visionnage de Cowboy Bebop : Tengoku no Tobira, et étant une grande fan du film, ça me va.

    Ah ! sinon ! pour la théorie que tu avais donnée, @EloraD, je pense que tu ne t'en éloignes pas tant que ça. C'est plus simple qu'une requête à propos de leur identité, mais dans le fond ils ne savent effectivement pas qui ils sont, et
    avant de mourir, Nine demande à Shibazaki, le détective, de ne pas les oublier. C'est une façon détournée à mon avis, de faire la lumière sur eux, et qui ils ont été.
     
    Dernière modification: 19 Novembre 2014
    Maddilly, Maya, Len et 4 autres membres aiment ceci.
  2.  
  3. EloraD
    Hors-ligne

    EloraD Matière noire

    Inscrit:
    21 Juillet 2013
    Messages:
    490
    @Eris
    En effet, mais à mon humble avis, la série aurait gagné en qualité en s'éloignant de la simple médiatisation de leur enfance, pour aller dans une recherche identitaire plus violente.
    Il y aurait tellement eu à exploiter : Twelve et Nine cherchant leurs identités, Lisa qui cherche sa personnalité, surtout que l'adolescence est une période ultra importante dans la construction personnelle. Et Shibazaki et les autres flics cherchant leur place dans une société qui n'accepte pas leurs caractères.
    Toutes ces références au mythe d'Oedipe aurait été parfaitement adaptée ! C'est limite du gâchis à ce niveau.

    C'est bête, mais ça m'énerve tellement de voir des débuts d'histoire excellent qui n'aboutissent à pas grand chose !
    Je ne sais pas si c'est de la paresse, de la censure ou du manque d'idée (probablement les trois à la fois, et encore, le manque d'idée se peut se combler facilement) mais c'est super frustrant.
    Bref, je peux continuer très longtemps sur le sujet, je vous épargne ça.
     
  4. Dareen
    Hors-ligne

    Dareen Nébuleuse Mister Kosminea

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    2.744
    Elora :
    Mais la recherche identitaire n'est-elle pas déjà dans le récit ? Ne font-ils pas tout ce cirque pour montrer au monde entier qu'ils ont existé, et donc par ce fait donné un sens à leur existence ? Et Shimazaki est un adulte accompli, il n'a pas à changer en si peu de temps (oui, deux/trois semaines me parait plausible Eris, ça doit jouer autour de ça), il sait très bien qu'il n'est rien pour les hauts fonctionnaires qui contrôle l'état. C'est d'ailleurs un des sujets de l'histoire.
    Je ne devrais pas dire ça mais je n'apprécie pas le ton que tu emplois Elora. Pourquoi tant de haine ? C'est sans doute de ma faute mais je n'arrive pas à concevoir que l'on puisse penser que la fin c'est "pas grand chose". Non il y a un début, des péripéties, une fin, un but qui aboutit, des personnes qui bougent et changent. C'est donc une histoire. (ou alors j'ai mal retenue mes leçons) Penses-y, il est normal de ne pas avoir accroché à la série où être déçu par ce qu'elle avait à raconter, mais tu ne peux pas dire ça de cette manière.
    Eris, j'ai trouvé ton message très intéressant, notamment avec le parallèle sur Cowboy Bepop. ;) J'ai pas du tout ressenti du Watanabe en visionnant Terror, mais ton explication me donne des pistes pour en savoir plus sur ce réalisateur et ce qu'il a apporté à l'oeuvre
     
  5. EloraD
    Hors-ligne

    EloraD Matière noire

    Inscrit:
    21 Juillet 2013
    Messages:
    490
    Je ne dis pas que Zankyou no Terror est une sombre bouse non plus, ce serait mentir.
    Mais je trouve l'histoire vraiment très bancale et bourrée d'incohérence.
    Effectivement, j'ai été très déçue pour une raison très simple : l'épisode pilote était vraiment excellent !! En voyant ce pilote, je m'attendais à voir la série de l'année voire mieux.
    Du coup, quand le scénario a commencé à battre de l'aile, la chute a été rude. D'où cette sensation de gâchis devant cette fin qui est, à mon goût, beaucoup moins réussie que ce que promettait le début de la série.
    Heureusement, les graphismes et l'ambiance sonore sont tellement bons que ça rattrape en partie les soucis.
    Du coup, je considère la série comme étant sympa mais tout juste correcte.

    Après, j'ai probablement été trop exigeante, mais j'ai cette sale manie de toujours espérer tomber sur un chef d'oeuvre quand je regarde/lis quelque-chose... :oops:
     
    Len aime ceci.
  6. NosferalTroll
    Hors-ligne

    NosferalTroll Matière noire

    Inscrit:
    19 Juin 2012
    Messages:
    664
    J'ai regardé cette série bien en retard, donc je me permets de déterrer le topic pour donner mon avis \o/

    Pour être honnête, après avoir regardé les premiers épisodes, j'étais scotché. Je me suis dit "Oh la vache, c'est parti pour tout dérouiller" (oui, mot pour mot). L'esthétique, la trame scénaristique, les personnages... Tout m'avait séduit.

    Puis la suite est arrivée. Et au fil des épisodes, ma peur de voir Terror passer de "perle potentielle" à "anime bon mais sans plus" s'est fait de plus en plus forte, jusqu'au final qui m'a laissé sur cette impression.

    En fait, ce qui m'a terriblement frustré, c'est que Terror a fait pratiquement tout bien. Le dessin et l'anim' sont de qualité. La bande-son déchire. Le chara design est plutôt bon. Mais au fur et à mesure que l'anime progresse, il y a un détail qui faiblit. Un tout petit détail : le scénario.

    Il y a plein de bonnes idées, à la base : Nine et Twelve et leur recherche identitaire, Lisa et sa volonté de fuir un quotidien cauchemardesque, Shibazaki et sa bande qui se sentent piégés dans l'exercice de leurs fonction par une hiérarchie qui condamne le zèle...

    Et puis d'un coup,
    Five est arrivée.

    Et là, c'était plus pareil : finie la pseudo-joute entre Sphinx et Shibazaki, fini ce jeu du chat et de la souris qui vise à mettre l'inspecteur sur le chemin de la vérité pour révéler les expériences dont ces orphelins ont été victimes, et au lieu de ça, bonjour la méchante qui est méchante juste pour être méchante, l'opposition fade et le spectacle gratuit au détriment du développement des personnages.

    Il y avait vraiment quelque chose à faire avec Five : laissée derrière lors de la fuite de Nine et Twelve, son sort après cette tentative d'évasion aurait, pour moi, mérité d'être développé. Mais au final, c'est un personnage que j'ai trouvé complètement creux et inintéressant, qui a simplement apporté son quota de grand spectacle au détriment du reste.

    Au final, puisqu'elle est si intelligente, pourquoi Five n'aurait-elle pas compris les motivations de Sphinx ? Pourquoi n'aurait-elle pas voulu, elle aussi, révéler aux yeux du monde les horreurs qu'elle a subies ? Je ne dis pas qu'elle aurait dû retourner sa veste, mais elle aurait pu montrer un semblant d'hésitation, d'humanité. Mais non, au lieu de ça j'ai l'impression qu'elle joue le rôle de méchante lambda, et que son passé commun avec Nine et Twelve n'avait pour but que de justifier l'existence d'un adversaire suffisamment retors pour mettre Sphinx en difficulté. C'est tellement dommage !

    Je n'ai en revanche pas grand-chose à dire au sujet de Lisa, puisque je suis assez d'accord avec le portrait qu'@Eris en dresse, si ce n'est le fait que je ne trouve pas qu'elle apporte tant d'humanité que ça au duo. C'est vrai qu'elle donne à Twelve une raison d'être, lui permet de démontrer une capacité à ressentir de l'attachement. Mais à Nine, elle n'apporte rien, et au final, elle aura bien été tout du long le boulet qu'il avait prédit. Donc pour moi, elle n'apporte pas grand-chose à Sphinx, même si elle enrichit Twelve.

    Mais au-delà de ça, la deuxième chose qui m'a le plus déçu, c'est le final qui, honnêtement, m'a fait rigoler.
    La bombe explose. EMP généralisé. On essaie de nous faire croire que ça n'a pu tuer personne ? Vraiment ?

    C'est complètement passé sous silence dans l'anime, mais il n'y a pas que les avions à faire atterrir : mettre tous les appareils électroniques HS, c'est des morts à la pelle dans les hôpitaux, c'est la mort assurée pour quiconque dispose d'un pacemaker, c'est condamner les bateaux dans le périmètre d'action de la bombe à errer sans but sur l'eau sans informations de guidage...

    Une pensée au passage pour les pauvres skieurs piégés dans les remontées mécaniques et qui vont misérablement mourir gelés sur leur télésièges ou avec la colonne brisée lorsqu'ils auront essayé de sauter.

    Quant à la mort de Nine et Twelve qui se font sniper depuis l'hélico des ricains en mode "lalala on est les maîtres du monde donc personne ne nous courra après"... Mouairf. C'est sûr qu'après s'être montré à la police, Nine ne pouvait plus fuir (faut dire que des deux, c'est celui qui était le plus déterminé à mourir de toute façon). Twelve, qui avait trouvé en Lisa une raison de vivre, était donc forcé de mourir pour que la fin soit bien dramatique comme il faut. Enfin bon, disons que le fait que les deux meurent a un sens, j'espérais juste autre chose :ange:

    Et sinon, effectivement, une très bonne question : personne ne se préoccupe jamais de Lisa à partir du moment où elle fugue ? Je veux dire, on a bien compris que sa mère -si elle ne s'est pas suicidée après avoir été abandonnée même par sa fille- allait avoir du mal à lui courir après, mais quand même... Au final, est-ce qu'elle, comme Sphinx avant elle, va se construire dans l'indifférence et l'absence d'affection les plus totales ? Finalement, je trouve la question de son avenir très (trop) ouverte.

    En dépit de ces reproches, j'ai quand même plutôt bien aimé Terror in Resonance, ne serait-ce parce qu'avec une esthétique qui déboîte du poney et une bande-son qui déchire, c'est forcément plaisant à suivre. C'est juste que ça aurait pu être de la folie furieuse, et au final ça n'est que "plutôt pas mal", le problème venant surtout du fait que le pilote vante un scénario qui a l'air super prenant, et qu'au final, c'est là que le bât blesse.
     
    Dernière modification: 15 Février 2015
    Etupa, cill, Dareen et 3 autres membres aiment ceci.

Partager cette page