Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Manga Saezuru Tori wa Habatakanai (Twittering Birds Never Fly)

Discussion dans 'Manganime' démarrée par Maya, 13 Novembre 2013.

Lire la fiche liée au sujet : Manga Saezuru Tori wa Habatakanai (Twittering Birds Never Fly)

Publicité

  1. Maya
    Hors-ligne

    Maya Matière noire Modo Manganime Modo Sas

    Inscrit:
    9 Février 2012
    Messages:
    1.777
    Twitter:
    @Maya__Chan
    Avertissement : Le contenu de l’œuvre peut heurter la sensibilité du public. Motif(s) : Langage grossier, Sexe, Violence,... Veillez à ne pas poster d'images ni tenir de propos explicites sur les forums.
    Maya a publié une nouvelle fiche :
     
    Pixy et Maddilly aiment ceci.
  2.  
  3. Pixy
    Hors-ligne

    Pixy Matière noire Sérievore Argent Fleur du Chaos

    Inscrit:
    31 Mars 2012
    Messages:
    4.602
    Ca va, tu as juste abordé tout ce que j'avais mis en coup de coeur, yeay ! Et parce que j'ai la flemme, un petit copier/coller.

    - Tadayoedo Shizumazu, Saredo Naki mo Sezu
    J'ai beaucoup aimé ce one-shot et surtout le personnage de Yashiro. Il est intriguant, touchant et un poil taré. Ce manga là nous révèle un peu du mystère entourant le passé de Yashiro et ses pratiques perverses, mais sans entrer dans le détail. Ici, notre Yashiro apparait sincère et laisse tomber le masque du "je m'en fous de ma vie". Par ailleurs, si je devais parler des dessins, je dirai que les personnages sont vraiment beaux. Je les trouve charismatiques, il y a un petit truc qui fait que dans la patte de Yoneda Kou. En outre, même si l'on est dans un yaoi, les scènes de sexe restent très soft et nous épargne bien souvent des effusions de fluides corporels inutiles. Et ça, c'est appréciable.
    La dernière page où on le voit pleurer est juste géniale ! Avec un peu de recul, je ne sais pas s'il aurait été bon qu'il se passe quelque chose entre eux mais quelque part, au fil de la lecture on ne pouvait s'empêcher de vouloir plus. Les instants partagés à l'infirmerie était géniaux. Très intimiste.

    - Don't Stay Gold
    On retrouve toujours cette légèreté, cette façon admirable de raconter une histoire et surtout, cette franchise dont dispose Yashiro pour dire les choses. Il est clair qu'il ne passe par quatre chemins. Et c'est un trait de caractère qui lui est propre et qui ajoute du charme au personnage. Même si ce tome n'est pas forcément transcendant, il permet tout de même de sonder un peu plus la solitude de Yashiro et de voir disparaître sous ses yeux ce qui lui était cher.
    J'aime bien Kuga et son petit côté sauvage, il est vraiment sexy mais je ne trouve pas qu'il aille bien avec Kageyama. Sans vraiment pouvoir l'expliquer, ils vont pas ensemble. Kageyama ne fait absolument pas gay ou du moins, ne dégage pas du tout cette aura, cette attirance envers les hommes que peut avoir Kuga ou Yashiro.

    - Saezuru Tori wa Habatakanai
    MON COUP DE COEUR. Les scans parus s'arrêtent à un moment vraiment intéressant où cette relation semble enfin évoluer. Je pense que ce Yaoi sera le premier que j'ajouterai à mes étagères, tellement il a piqué ma curiosité, su me captiver du haut de ses 11 chapitres parus. Je ne suis pas une grande liseuse de yaoi mais celui-ci à quelque chose de spécial, non loin de s'intéresser uniquement au sexe, on nous dépeint le quotidien de Yashiro devenu Yakuza. Son lien étroit avec Doumeki, cet homme impuissant, ne peut qu'intriguer. Yashiro apparait bien plus complexe que durant les deux autres mangas. Il est lunatique, colérique, intransigeant et son attitude négligée finira par lui faire défaut, mais quelque part, on ne peut que s'attacher à lui et être pris d'empathie pour cette solitude qui émane de lui. Au delà de ça, les dessins sont superbes, la retranscription des émotions est réaliste, les couvertures sont belles, les illustrations de chapitres magnifiques.
    Ralala quand le chapitre 10.5 se termine et que l'on voit Doumeki pleurer, mon coeur a fondu. J'aime vraiment son caractère, sa stature, son sérieux et puis il a un charme indéniable. Pour Yashiro, je le trouve toujours aussi amusant et j'ai eu un pincement de coeur quand je l'ai vu se faire tirer dessus, surtout qu'il en demandait toujours plus en tant que bon masochiste. Il aurait vraiment pu y passer. Je me demande s'il va vraiment retrouver l'usage de sa main droite, auquel cas Doumeki va vraiment devenir son serviteur en plus de son garde du corps.

    Enfin voilaaa. Merci pour cette superbe fiche ! Timing parfait. Il ne manque plus que Doushitemo Furetakunai et on aura fait le tour :3
     
    Dernière modification: 13 Novembre 2013
    Kaado et Maya aiment ceci.
  4. Maya
    Hors-ligne

    Maya Matière noire Modo Manganime Modo Sas

    Inscrit:
    9 Février 2012
    Messages:
    1.777
    Twitter:
    @Maya__Chan
    Ton message en Coup de Cœur m'a motivée à reprendre ma croisade pro-Yoneda-Kou, tu es ma muse. *_*
    Depuis l'édition de Doushitemo Furetakunai chez Taifu, elle semble de plus en plus se faire connaitre par les mangateux francophones, et j'en suis joie.

    Pour le moment, Le jeu du chat et de la souris règne en maître sur mes étagères comme unique BL, mais peut-être que je me laisserai tenter aussi.
    Quand tu l'auras acheté, dis-moi comment est présenté le premier volume avec la disposition des différentes histoires !
     
  5. Pixy
    Hors-ligne

    Pixy Matière noire Sérievore Argent Fleur du Chaos

    Inscrit:
    31 Mars 2012
    Messages:
    4.602
    Jusqu'à ce week-end, je ne connaissais pas du tout cette auteur. Je lisais quelques yaoi manière de, et surtout pour rire de la stupidité des dialogues et des situations mais là, je suis restée scotchée. Je pense que d'ici la semaine prochaine je me le serai acheté, je te tiendrai au courant pour les histoires. Le pire, c'est que cet été j'ai posé les yeux plus d'une fois sur la couverture, sans avoir l'idée de le feuilleter. Pour "Le jeu du chat et de la souris", je ne connais pas du tout.
     
    Triskel aime ceci.
  6. Triskel
    Hors-ligne

    Triskel Matière noire

    Inscrit:
    2 Mars 2012
    Messages:
    296
    @Pixy, le jeu du chat et de la souris vaut vraiment détour, tout comme sa suite : The Carp on the Chopping Block Jumps Twice (la traduction française je ne la connais pas xD). C'est dans mes BL favoris avec Doushitemo Furetakunai. Sinon, il faudrait que je relise les autres oeuvres de Yoneda Kou parce qu'elles ne sont plus fraîches dans ma mémoire. Je reviendrai commenter par la suite :].
     
  7. Pixy
    Hors-ligne

    Pixy Matière noire Sérievore Argent Fleur du Chaos

    Inscrit:
    31 Mars 2012
    Messages:
    4.602
    Je viens de découvrir un doujinshi réalisé par Yoneda Kou avec des personnages de Crows Zero, pour celles qui connaissent: Crows ZERO - Borderless. C'est marrant de les voir mis en scène dans un yaoi quand on connaît leur personnalité respective. Ca fait même pas 100 pages mais c'était agréable à lire comme d'habitude, et dans toute cette brutalité on retrouve ce petit côté tellement mignon des mises en couple scénarisée par Yoneda.
     
  8. Pixy
    Hors-ligne

    Pixy Matière noire Sérievore Argent Fleur du Chaos

    Inscrit:
    31 Mars 2012
    Messages:
    4.602
    Alors comme promis.

    Le tome commence par Don't Stay Gold. Le titre du "chapitre" est inchangé par rapport à l'original.
    Vient ensuite Twittering birds never fly qui se termine sur le chapitre 3.
    Pour terminer le tome sur Tadayoedo Shizumazu, Saredo Naki mo Sezu, traduit par À la dérive, sans couler, sans un cri.
     
    Dernière modification: 18 Novembre 2013
    Triskel et Maya aiment ceci.
  9. tigra.grece
    Hors-ligne

    tigra.grece Matière noire

    Inscrit:
    7 Mai 2013
    Messages:
    165
    J'ai lue le premier tome avec Twittering et j'avoue que j'ai vraiment adore, c'est un manga yaoi un peu particulier comme le jeu du chat et de la souris mais il est vraiment bien :)
    J'ai hâte de lire la suite :)
     
  10. Pixy
    Hors-ligne

    Pixy Matière noire Sérievore Argent Fleur du Chaos

    Inscrit:
    31 Mars 2012
    Messages:
    4.602
    J'ai été faire un tour sur le Twitter de Yoneda Kou, même si je n'ai rien compris à ses tweets :3

    Mais petite illustration, peut être celle du tome 3. ~

    Apparemment le nom anglais du manga va changer pour correspondre à celui que l'on a en France. Intérêt de l'info ? Aucun.
    Allez Yoneda, sort toi les doigts et sort nous le spin-off avec Deguchi et ce tant attendu tome 3.

    Je viens de voir que le chapitre 11 a été uploadé en avril dernier. Hoho ~
     

    Pièces jointes:

    • kyu.jpg
      kyu.jpg
      Taille du fichier:
      335,9 Ko
      Affichages:
      229
  11. Pixy
    Hors-ligne

    Pixy Matière noire Sérievore Argent Fleur du Chaos

    Inscrit:
    31 Mars 2012
    Messages:
    4.602
    Hop, l'image en clean :3

    [​IMG] [​IMG]
     
    Kaado aime ceci.
  12. Kaado
    Hors-ligne

    Kaado Astéroïde

    Inscrit:
    21 Octobre 2013
    Messages:
    822
    Les filles, merci.
    Du fond du cœur, merci pour votre ferveur et votre passion !
    Sans la sublime fiche de Maya et la réponse passionnée de Pixy, je n'aurais jamais commencé ce manga et serais donc passée à côté d'une magnifique découverte :nuage:

    Avant hier, en arrivant devant le rayon Yaoi de ma librairie, le nom de Yoneda Kou me faisait de l’œil depuis la reluire de Saezuru Tori wa Habatakanai et c'est avec conviction que j'ai empoigné le premier volume afin d'en lire le synopsis.
    Après avoir marqué un léger temps d'arrêt en apercevant la couverture, j'ai vérifié que personne ne se trouvait aux alentours pour finalement commencer à lire le résumé.
    Il faut dire que ça partait mal, la première phrase de la quatrième de couverture n'est absolument pas engageante pour une personne venant chercher un Yaoi avec une véritable histoire et sans scène de viol toutes les 3 pages.
    Puis, je me suis souvenue avoir lu des avis très positifs sur ce topic et, faisant une confiance aveugle et totale aux gouts des Kosminéennes qui avaient postées ici (c'est beau, n'est ce pas ?), je suis allée m'acheter les deux tomes parus.
    [/c'était l'histoire de ma vie]

    7.png


    Le Oneshot qui ouvre le premier tome (Don't Stay Gold) est intéressant et sympathique, c'est une bonne mise en bouche qui nous familiarise avec l'univers dans lequel vont évoluer les personnages de l'histoire principale.
    Il n'est effectivement pas transcendant mais nous permet de découvrir le personnage de Yashiro avant que le lecteur ne se mette à suivre l'histoire de son point de vue, ce qui donne une façon intéressante de laisser entrevoir sa personnalité et la façon dont il est vu par son ami le plus proche.


    2.jpeg

    L'histoire principale se focalise donc sur la relation entre Yashiro, chef d'une bande de yakuzas et Domeki, son garde du corps.
    Alors que le second est un homme au passé dramatique qui se met à éprouver des sentiments purs et forts pour son employeur, le premier est un personnage complexe, torturé, possédant un charisme difficilement égalable et se révélant être particulièrement attachant.
    Comme l'a si bien dit Maya,
    En découle une relation fascinante et toute en contradictions, entre les deux personnages possédants des personnalités complètement opposées.
    Leurs intentions vis à vis de l’autre restent difficilement cernables pendant une bonne partie de l’œuvre: même si Domeki se dévoile plus vers la seconde partie du deuxième tome, Yashiro reste imprévisible et son but ne se laisse pas aisément définir.

    Les personnages peuvent sembler peu expressifs mais leurs visages véhiculent nombre d’émotions qu’on ne retrouve pas forcément dans d’autres mangas, même si ils présentent de prime abord des palettes d’expressions plus variées.
    De plus, cette inexpressivité de certains visages peut être en grande partie associée aux personnalités des personnages, et ne gêne donc absolument pas durant la lecture.



    3.png 5.png

    Ici les scènes de sexe servent à l’histoire et non pas l'inverse ce qui est particulièrement appréciable et suffisamment rare, dans la plupart des oeuvre BL connues/licenciées en France, pour être souligné.
    Ces passages sont donc détaillés et assez rudes, dans la manière dont ils sont mis en scène, mais n’en sont pas obscènes pour autant et ne s’étendent jamais sur plus de 3pages.

    Le dernier chapitre du premier volume est, quant à lui, tout simplement magnifique.
    À vrai dire, en arrivant à la fin de l’histoire principale ma seule envie était de me jeter sur le deuxième tome afin de continuer ma découverte de la relation entre Domeki et Yashiro, je n’avais pas la moindre envie de lire un chapitre oneshot sur jenesavaisqui.
    Néanmoins, ne pouvant me résigner à commencer un tome sans avoir terminé le précédent, j’ai poursuivi ma lecture.
    Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant une histoire, superbement mise en scène, sur le passé de Yashiro et Kageyama.
    Je ne répéterais pas ce qui a déjà été dit mais ce Oneshot était particulièrement touchant et nous fait relire le premier avec une vision de la relation entre ces deux personnages complètement différente.

    1.gif
    "And here I am, twisted beyond repair."

    Une fois l'histoire de Saezuru Tori wa Habatakanai commencée, il m'a été impossible de m'arrêter jusqu'à la fin du second tome.
    La mise en scène sublime, l'humour présent malgré le côté dramatique de l’œuvre, le magnifique trait de la mangaka ainsi que les personnages incroyablement touchants contribuent à faire de ce titre l'un de mes BL favori.
    Ce Titre est un véritable coup de cœur qui m’a convaincue que les œuvres de Kou Yoneda sont à surveiller de très près.

    L’édition de Taifu est de très bonne qualité, la seule chose que je pourrais éventuellement leur reprocher serait la première phrase de la quatrième de couverture qui m’aurait faite reposer l’œuvre là ou je l’avais trouvée, si je ne m’étais pas rappelée des avis plus que positifs que j’avais lus ici.
    Il faut bien raconter l'histoire, mais cette première phrase ne donnait tellement pas envie que je suis un peu peinée de me dire que des gens pourraient éventuellement passer à côté à cause de ça.

    Merci encore à l’enthousiasme de Pixy et Maya, sans qui la lecture de la première phrase du Synopsis aurait eu raison de mon envie de découvrir l’oeuvre :calin:
     
    Dernière modification: 12 Juillet 2014
    Caro, Maya et Pixy aiment ceci.
  13. Pixy
    Hors-ligne

    Pixy Matière noire Sérievore Argent Fleur du Chaos

    Inscrit:
    31 Mars 2012
    Messages:
    4.602
    13. Oww le déterrage des familles, mais y a eu un petit up ! J'en profite pour faire remonter ~
    Dooooonc, je n'ai rien compris. C'est un peu le problème avec Yoneda Kou, c'est qu'il y a tellement de personnages, que les bulles ne précisent pas toujours qui parle, et que le contexte est assez complexe, que l'on finit par se perdre un peu dans l'histoire et là, c'est exactement mon cas. Quand le tome 3 sortira, s'il sort un jour, faudra que je me relise tout depuis le début, haha. Bon ce qui est de la relation entre Dômeki et Yashiro, on reprend là où on s'est arrêté, c'est-à-dire quand Dômeki s'apprête à toucher Yashiro, ce qu'il fait très bien dans ce chapitre d'ailleurs. J'aime toujours autant la finesse avec laquelle évolue les sentiments de Dômeki. J'attends avec tellement d'impatience de le voir lâcher prise et révéler enfin ses sentiments. Je pense que ça va valoir le détour. Pour le moment, il est tout en retenue ce qui rend un peu, beaucoup confus Yashiro. Et puis, ce moment nous a permis de voir un instant de faiblesse de Dômeki. Apparemment, il est effrayé. Effrayé de quoi ? On ne sait pas trop. Je suppose qu'il a peur de ne pas être à la hauteur, de décevoir Yashiro pour qui il a tant d'admiration et de respect. Haa, j'aime tellement les interactions entre ces deux personnages.

    Pour le reste de l'histoire, c'est là où je suis un peu totalement larguée. On retrouve Nanahara qui était parti chercher Ryuuzaki, il me semble. Seulement il tombe sur deux mecs qui sont à la base les subordonnés de Ryuusaki mais ces derniers semblent vouloir sa peau, vu que Ryuuzaki n'a pas achevé correctement le travail, tuer Yashiro. Du coup, un autre gars fait son apparition à la toute fin du chapitre et on sait pas qui c'est. En fait, le problème c'est que l'organisation est trop grande, y a trop de monde, trop de subordonnés et de sous-groupes du groupe principal. Gniiiiii. Par contre, je ne comprends pas pourquoi Nanahara tombe sur la mauvaise planque du coup, puisqu'il est censé avoir suivi les deux gars. A moins que ce ne soit pas les mêmes...

    Moi j'ai compris comme ça :

    - Les deux gars qui vont voir Ryuusaki à la fin, sont les mêmes gars qui étaient dans la voiture noire, garée au pied de l'immeuble de la bonne femme du chapitre 11, et sur laquelle Yashiro a tiré quelques coups de feu pour les faire fuir. Et du coup, ce sont aussi ces deux mêmes gars qui ont tabassés le mec qui a tiré sur Yashiro, si je ne me trompe pas. Homme lui-même qui était à la botte de Ryuuzaki.

    - Les deux gars que l'on voit monter dans une planque que surveille Nanahara sont les mêmes que l'on voit dans le chapitre 11, Andou et Matsuda, et ces deux-là se sont fait tabasser par les deux mecs du-dessus.

    Donc en gros, reste à savoir qui sont ces deux fou-furieux qui n'hésitent pas à tabasser tout le monde. En attendant, heureusement que Nanahara n'est pas tombé sur eux car pas sur qu'il en serait sorti indemne ou même vivant. Voila voila, ce chapitre ne fait que compliquer davantage l'histoire avec l'apparition du mec dans l'ombre qui en veut à Yashiro pour une raison que l'on ignore encore. Et puis Yashiro qui ne semble pas se remettre de ses blessures. Fièvre persistante et le gars refuse de se reposer, toujours à être en vadrouille. A ce propos, ce serait bien que Dômeki impose un peu son influence, pour le faire se reposer.

    Allez, à dans 6 mois pour la suite ~
     
  14. Pixy
    Hors-ligne

    Pixy Matière noire Sérievore Argent Fleur du Chaos

    Inscrit:
    31 Mars 2012
    Messages:
    4.602
    @Kaado, @Maya ~ Apparemment, les traductions reprennent du service. Déjà le chapitre 16 de sorti ! :3

    16.
    Bon ce serait vraiment bizarre de dire que c'était un chapitre adorable, vu ce qu'on y a vu mais tout de même... Adorable ! Yashiro se rend enfin compte qu'il ressent quelque chose pour Dômeki. Le fait qu'il se masturbe à nouveau, en pensant à ce que vient de lui faire Dômeki en est la preuve. Ca l'étonne d'ailleurs. Et je ne m'attendais pas spécialement à ce qu'il se touche à nouveau, après un échange aussi intense entre les deux personnages. Mais bref, ce n'est pas totalement le plus important dans ce chapitre. Ce qui l'est, c'est qu'on en apprend un petit peu plus sur Dômeki et sur la peur qui le ronge. Peur de ne plus pouvoir se contrôler lors d'un rapport, ou simplement dû à l'excitation, comme a pu le faire son père. C'est vraiment la crainte de ne pas devenir comme lui, tout en protégeant du mieux qu'il peut Yashiro. C'est franchement génial de voir les sentiments des deux personnages se développer petit à petit, mais ce sera encore mieux quand ça convergera. Mais après, difficile d'imaginer Yashiro se déclarer tant il est fier, et tant il n'a pas l'habitude de tels sentiments, excepté autrefois pour le Doc. Allez, la suite, la suite !
     
    Maya et Kaado aiment ceci.
  15. Kaado
    Hors-ligne

    Kaado Astéroïde

    Inscrit:
    21 Octobre 2013
    Messages:
    822
    tumblr_inline_mn8mugewnx1qz4rgp.gif
    Mon état à la fin du chapitre 16.

    Mince alors.
    Il me faut absolument la suite.

    J'ai ressenti exactement la même chose :rigole:

    Tout, dans ces derniers chapitres, m'a donné envie de hurler.
    Que ce soient les expressions du duo principal, l'évolution de leur relation, la façon dont est amenée la prise de conscience de Yashiro, les craintes de Dômeki...
    Gosh, qu'est ce que c'était bien.
    Dômeki.png

    Certains échanges m'auraient fait hurler si je n'avais pas été en pleine lecture à une heure où tout le monde dormait.
    La façon qu'à Dômeki de prendre les devants, incapable de contenir son désir et ses sentiments envers son patron, et sa peur de devenir comme son père et de finir par blesser la personne qu'il admire le plus au monde, sont extrêmement bien retranscrites.
    On se met à ressentir les mêmes doutes que le personnage et à comprendre ses craintes et ses appréhensions, tout en sachant que rien que le fait qu'il puisse douter de lui de la sorte le rend bien différent de son progéniteur.

    Le passage ou Dômeki fait comprendre, de façon implicite, à Yashiro qu'il n'a pas envie que ce dernier aille coucher avec Inconnu Lambda n°73, dans une chambre d’hôtel, m'a vraiment remuée.
    Autant au niveau de l'expression de Yashiro au moment ou il comprend cette insinuation, qu'à celle de Dômeki qui est forcé de rester devant la porte et d'entendre tout ce qu'il se passe dans la chambre.

    Yashiro.png

    Et de son côté, Yashiro ne reste absolument pas de marbre face aux attentions de son garde du corps.
    J'aime beaucoup la façon dont la Mangaka retranscrit sa façon de prendre peu à peu conscience de ses sentiments.
    L'air de rien, le fait que Dômeki n'accepte pas de le laisser le toucher dans la salle de cinéma l'a perturbé car il n'a pas comprit son attitude et a prit ce refus pour une sorte de rejet alors que son employé était juste effrayé à l'idée de se faire rejeter si Yashiro remarquait qu'il n'était pas si indifférent que ça à ses caresses.
    J'ai déjà dit que j'adorais leur relation ?

    Les traits de Yoneda sont aussi magnifiques qu'à son habitude, et j'ai particulièrement aimé sont travail sur les expressions de ses deux personnages principaux lors de leurs interactions.
    J'aime vraiment cet aspect du travail de la Mangaka qui arrive, malgré certains personnages peu expressifs à la base, à faire ressentir toutes sortes de sentiments et d'émotions via de simples échanges de regards.

    Kou Yoneda a vraiment un talent fou, chacun de ses travaux se trouve dans le trèèèès haut du panier des œuvres traitants de Boy's Love que j'ai lues.
    Saezuru Tori wa Habatakanai ne fait pas exception à la règle, c'est surement un des travaux les plus aboutis de la Mangaka, autant au niveau de l'intrigue que de la relation entre les personnages.
    J'ai hâte de voir comment les choses vont évoluer entre Yashiro et Dômeki.

    Et sinon,en fouillant un peu sur youtube, je suis tombée sur des MMV vraiment bien réalisés et je profite de ce post pour les partager avec vous :calin:
    Histoire que nous soyons plusieurs à pousser des hurlements dessus, m'voyez.




     
    Dernière modification: 17 Août 2015
    Maya et Pixy aiment ceci.
  16. Kaado
    Hors-ligne

    Kaado Astéroïde

    Inscrit:
    21 Octobre 2013
    Messages:
    822
    Ça faisait un bout de temps que je n'étais pas passée ici mais je continue toujours la lecture à chaque sortie et: ARGH.
    C'est. Je. Kyah. Rien que d'y repenser j'ai envie d'ouvrir la fenêtre pour hurler ma frustration et ma joie au monde entier.
    Ou bien juste aux voisins, en l’occurrence. Mais c'est un bon début.

    OOOOOOH MOOOOOOOOOOON DIIIIIIIIIIIIEU :panic::panic::panic:
    Les 3 derniers chapitres ont tellement fait bouger les choses. Ça faisait un moment que ça avançait doucement et qu'on sentait que la relation entre Yashiro et Doumeki évoluait, mais là: BAM. Cette fois, c'est la bonne. Yashiro a enfin réalisé que Doumeki ne lui était pas insensible du tout et que c'était plutôt réciproque. Et la partie durant laquelle il fait allusion au père de Doumeki était déchirante pour le garde du corps qui avait déjà peur de devenir comme lui. Nooooon, Doumekiiiii.
    Avoir accès aux pensées de Yashiro pendant ce passage était vraiment un gros gros plus.

    Puis la partie de la douche. L'expression de Yashiro lorsqu'il repense à ce que Doumeki lui a dit. La déclaration qui suit. Doumeki qui prend Yashiro dans ses bras. Les personnages qui s'embrassent. Court-circuitage neuronal.
    Les deux hommes s'avouent enfin les choses qui n'osaient pas s'avouer à eux-mêmes. Ce chapitre met en avant la vulnérabilité des personnages qui n'avaient jamais osé se dévoiler avant et qui y sont maintenant poussés.
    Ça va paraitre un peu bête mais, j'ai trouvé que rien que la coiffure de Yashiro - le fait que ses cheveux ne soient pas relevés comme dans la reste du manga - renforçait son côté vulnérable. Ça rappelait le Yashiro des flash-back, le jeune homme blessé qui ne savait plus vers qui se tourner.
    Tout ce chapitre était particulièrement touchant, et attendre la sortie du suivant a été une véritable torture. D'ailleurs ce fameux chapitre suivant m'a aussi achevée. Je songe maintenant à me mettre en PLS en attendant le chapitre 25.

    Ça fait approximativement 115 fois que je me répète en formulant ça différemment mais: Kou Yoneda est une mangaka extrêmement talentueuse et je n'ai absolument rien à reprocher à ses travaux, si ce n'est leur rythme de parution qui peut vite rendre dingue :rigole:
    Twittering Birds Never Fly n'est donc pas un titre que je conseillerais à n'importe qui, mais c'est définitivement un de mes BL favoris. Vivement la sortie française du tome 4 :nuage:
     

Partager cette page