Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Animation Concours littéraire kosminéen - Fin d'année 2012

Discussion dans 'Atelier' démarrée par Caro, 10 Janvier 2013.

?

Quel texte préférez-vous ?

Sondage fermé 30 Janvier 2013.
  1. Texte 1 : La surprise

    3 vote(s)
    21,4%
  2. Texte 2 : Enquête en noir et blanc

    3 vote(s)
    21,4%
  3. Texte 3 : De tout mon cœur

    0 vote(s)
    0,0%
  4. Texte 4 : Promesses

    0 vote(s)
    0,0%
  5. Texte 5 : Le Robert De Taille Moyenne Pas Vraiment Illustré

    6 vote(s)
    42,9%
  6. Texte 6 : Éphémère

    2 vote(s)
    14,3%

Publicité

  1. Caro
    Hors-ligne

    Caro Matière noire Origami d'Argent Fleur de Lotus

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    1.578
    Concours Littéraire Kosminéen
    Fin d'année
    Les votes​



    Le concours a eu un peu de mal à se faire voir au début. Le principe d'imposer des mots est particulier, autant certains prennent ça comme un jeu, un défi, autant ce n'est qu'une contrainte pour d'autres. Il n'a pas fait l'unanimité. C'est donc une surprise pour moi de pouvoir vous présenter 6 textes!.

    Pour pouvez maintenant
    • découvrir les textes des participants
    • les commenter
    • voter pour le texte qui vous a le plus plu.
    Pas de jeu des devinettes cette fois-ci (du moins pas récompensé par un titre), cela a parfois empêché le commentaire des textes.

    Nous avons eu 6 participations.
    Et voici nos écrivains en herbe, dans l'ordre alphabétique:


    Caro
    Maboroshi
    Maeve
    Sheeana
    Thorgram
    Tsukiyo

    Qui ont chacun écrit un texte (je ne les attribue quand même pas pour garder le vote anonyme au possible - que ça ne vous empêche pas de commenter!)


    Vous pouvez accéder directement aux textes via les liens dans la liste ci-dessus.
    A vous de lire, apprécier, et voter!

    N'oubliez pas qu'il s'agit d'un concours amateur, où tout le monde peut participer et apporter sa modeste participation. Les commentaires constructifs sont bien entendu les bienvenus, mais si vous n'avez pas aimé un texte, ne vous donnez pas la peine de répondre un simple "ceynul" inutile ;)



    Vous avez jusqu'au 30 Janvier 2013 pour voter.


    Le sondage est lancé!
     
    Eris aime ceci.
  2.  
  3. Caro
    Hors-ligne

    Caro Matière noire Origami d'Argent Fleur de Lotus

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    1.578
    Texte 1


    La surprise​

    Marie contemplait le désastre qui s’étalait devant ses yeux. La métamorphose irréelle de la pièce, devenue le siège improvisé du chaos le plus total.

    Pourtant, tout avait bien commencé. Elle avait rassemblé tout ce dont elle avait besoin pour créer LA surprise. De petites étoiles flamboyaient dans ses yeux, signe d’excitation et d’impatience. Elle avait même prévu l’appareil photo pour immortaliser le résultat. Elle rêvait déjà des sourires qui se dessineraient sur les visages quand elle offrirait son cadeau.

    Fredonnant, elle se mit alors au travail. Et c’est à ce moment-là que la situation dérapa peu à peu. La conception était bien plus ardue qu’elle ne l’avait imaginée. Elle avait beau lire et relire les instructions, tout se transformait dans sa tête en un terrible embrouillamini qui la paralysait. Qu’est-ce que tous ces mots voulaient dire ? Dans un élan de panique, elle décida de se fier à son instinct. Elle entendait souvent dire que le résultat venait du cœur, alors elle se lança, naïvement et admirablement persuadée qu’elle parviendrait quoiqu’il arrive à quelque chose de parfait.

    Mais une fois qu’elle eût fait ce que son instinct lui avait dicté, elle comprit qu’il était trop tard. Des débris biscornus, victimes silencieuses de sa maladresse, jonchaient le sol. Les murs étaient constellés d’une substance inconnue, qui laissait penser qu’une tempête de neige onctueuse et gluante avait fait irruption dans la pièce. Dans un enchaînement saugrenu et incontrôlable, l’endroit avait fini par ressembler à une succursale de l’enfer.

    Dépitée, elle alla se réfugier dans le sofa, près du sapin, attendant la sentence qui lui serait adressée, compendieusement mais vivement, au retour des adultes : « FILE DANS TA CHAMBRE ! » Pas de doute, elle serait punie pour au moins un nycthémère. Elle qui avait simplement souhaité faire plaisir n’avait plus qu’une envie, disparaître dans une des grosses chaussettes de laine pendues mollement sur la cheminée. Même les flammes des bougies, qui illuminaient faiblement le salon, semblaient danser en riant de sa bêtise. Le craquement du bois dans l’âtre lui paraissait un ricanement grossier et moqueur. « Tu vas te faire gronder ! » Elle n’avait même pas la force d’aller reloqueter le sol pour atténuer sa bévue.

    Tout ça pour quelques cookies… Au revoir les jolies pépites de chocolats cristallisées et les noix de macadamia croquantes !

    Quel ne fut pas son étonnement quand ses parents, au lieu d’entrer dans une colère noire en découvrant son œuvre, furent au contraire tout émus que leur petite fille de dix ans ait essayé de faire de la pâtisserie pour eux. Toute seule comme une grande. Ca devait être ça, la magie de Noël : pas de punition. Décidément, Noël, c’était divinement bien !
     
  4. Caro
    Hors-ligne

    Caro Matière noire Origami d'Argent Fleur de Lotus

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    1.578
    Texte 2

    Enquête en noir et blanc​


    Pendu à la balustrade du premier étage, feu Frederik Hisne se balançait doucement au gré du vent glacial qui s’engouffrait dans la pièce par les fenêtres battantes. La tempête de neige de la veille avait causé de multiples coupures d’électricité dans la région et le manoir biscornu, qui n’y avait pas échappé, était entièrement plongé dans la pénombre. Certaines des fenêtres, comme celles du séjour, avaient même été brisées sous l’action des pierres et autres projectiles envoyés par le vent contre le verre. Nous en étions réduits à nous éclairer avec les moyens du bord. Quoi de mieux pour commencer une enquête que le froid et la nuit …

    En m’approchant du cadavre de l’avocat, je remarquai ses traits encore déformés par une expression de douleur et de terreur. Pete, debout à mes côtés, contemplait la scène d’un air las. « Charmant spectacle, hein ? Idéal pour préparer Noël dans la bonne humeur ! », s’exclama-t-il, sur un ton faussement joyeux. Sans me laisser le temps de lui répondre, il s’éloigna en fredonnant We wish you a merry Christmas.

    Laissant à Pete le soin d’appeler le médecin légiste et l’équipe scientifique, je fis le tour de la pièce en balayant consciencieusement de ma lampe torche chaque recoin. Nous avions eu affaire à lui plusieurs fois et je savais que Hisne avait forgé sa réputation professionnelle au détriment de sa vie familiale, au point que les rires d’enfants et les parfums de femme avaient fini par déserter son manoir pour ne plus y revenir. De ce fait, je fus très surpris de la découverte d’un petit sapin caché sous l’escalier principal, déjà décoré de guirlandes, de bougies parfumées et de boules brillantes, et n’attendant sans doute plus que le moment opportun pour venir trôner dans le salon. Sa présence festive paraissait presque saugrenue dans cette atmosphère lugubre.

    « Hé, Danny, tu devrais venir voir ça ! », entendis-je crier depuis le haut des escaliers. Je haussai le sourcil et délaissai l’arbre pour monter au premier étage. Pete s’était avancé pour être sûr d’être entendu et me fit signe de me presser dès qu’il me vit. Au bout du couloir, il me désigna la petite salle de bain qui s’ouvrait à ma droite. Le sol semblait avoir été reloqueté à la hâte. À la lueur des torches, on pouvait néanmoins distinguer des traînées de sang çà et là, ainsi que divers détritus entassés sous le lavabo.

    Il pointa sa lampe sur divers objets qui n’avaient selon toute vraisemblance rien à faire dans une salle de bain. Je me penchai pour observer d’un peu plus près ce que mon partenaire avait détecté. Il y avait là des bouts de ficelle et des mouchoirs tachés de sang et d’une substance dont je ne pus définir la nature.

    Nous sortîmes de la pièce pour explorer le reste du manoir. Toutes celles de l’étage étaient sans dessus dessous. Nul besoin d’être voyant pour deviner que quelqu’un avait désespérément cherché quelque chose. Mais qui, et quoi ? Encore une question pour lors sans réponse qui venait contribuer à l’embrouillamini de la situation.

    Nous redescendîmes. Les phares de la voiture du légiste illuminaient le hall pendant que les collègues de la scientifique commençaient à déballer leurs affaires et monter des projecteurs. Je lus avec amusement leur soulagement quand ils virent les chaussettes de gaze à nos pieds. Nous avions toujours suivi cet aspect-là des procédures, mais ce n’était pas le cas d’un certain nombre de nos petits camarades. Nous les saluâmes, leur expliquâmes compendieusement ce que nous avions pu découvrir et supposer, puis leur abandonnâmes le manoir.

    Une fois au bureau, il fallut éplucher les différents dossiers sur lesquels travaillait Hisne au moment de sa mort. Par chance pour nous, l’avocat ne traitait jamais beaucoup d’affaires en simultané. Pour lui, il n’y avait pas de petites affaires et chacune méritait qu’on y passât du temps.

    Le premier dossier que nous épluchâmes était celui d’une jeune femme ayant eu recours à la chirurgie esthétique. Elle était décédée dans le mois suivant l’opération des suites d’une septicémie. Son conjoint avait porté plainte contre le médecin et ce-dernier ayant nié toute erreur de sa part, l’affaire avait été portée devant les tribunaux. « Sacrée métamorphose ! », apprécia Pete en me faisant passer des clichés d’avant et après l’opération. « Ce chirurgien sait divinement bien manier son bistouri. Par contre, son opération me fait l’effet d’un cadeau empoisonné … » Je remarquai le sourire et surtout les yeux de la jeune Emma qui flamboyaient sur la photo la plus récente, et j’en eus un pincement au cœur. Elle ressemblait beaucoup à ma propre fille.

    Le dossier suivant n’était guère de nature à égayer notre moral : un collectif de parents accusait le chauffeur d’un car d’avoir été ivre pendant le transport de leurs enfants, occasionnant un accident grave qui avait coûté la vie à nombre d’entre eux. Les éléments que Hisne avait dégotés étaient accablants envers le chauffeur et constituaient un mobile sérieux. Mais l’homme avait été blessé lors de l’accident et était donc dans l’incapacité physique d’assassiner l’avocat de la partie adverse. Je me surpris à souhaiter qu’il en garde les séquelles toute sa vie, écœuré que j’étais d’une telle irresponsabilité.

    Le téléphone sonna. Dans le silence du bureau, cela nous fit l’effet d’un coup de tonnerre. Je décrochai et plaçai aussitôt le téléphone sur haut-parleur en reconnaissant le numéro de la morgue.


    « Allô !
    — Bonjour Daniel, me répondit la voix onctueuse du légiste. J’ai du nouveau pour vous.
    — Oui ?
    — Pour faire court, votre avocat a subi une légère blessure à l’arme blanche, au niveau du thorax. Rien de bien méchant, une estafilade, tout au plus. Il ne s’agit pas d’un suicide, en tout cas pas par pendaison, qui elle se situe post-mortem. Non, il est mort par hémorragie interne et d’après mes observations, je pense que c’est l’effet d’une drogue ou d’un poison qui en est la cause.
    — Et ben, entre la corde, le couteau et le poison, on s’est acharné sur lui ma parole !, s’exclama Pete.
    — Nous pensons que c’est la lame de l’arme qui a été enduite de substance, tempéra le docteur Pal. Il peut l’avoir ingérée, remarquez, mais à mon humble avis, si la lame a été traitée correctement, même une petite coupure comme la sienne a pu suffire à propager la substance dans l’organisme. Il doit s’agir, d’après la taille de la blessure, d’un couteau pointu et très aiguisé. En tout cas, il a mis au moins un bon nycthémère avant de mourir. Nous avons trouvé des éclats d’une substance cristallisée autour de sa plaie, et nous les avons envoyés pour analyse. Je pense qu’on ne devrait pas tarder à vous envoyer les résultats. Je ne suis pas toxicologue, mais au vu de l’état des tissus, je tablerais plus sur du poison que de la drogue. Ah, et autre point important : je n’ai observé aucune blessure défensive. Par contre, il porte des traces de ligature au niveau des mains. Je vous envoie les clichés tout de suite et vous tiendrai au courant si j’en apprends davantage. »

    Toute une journée d’agonie … Pour moi, une telle cruauté ne voulait dire qu’une chose : c’était un meurtre appelé par la vengeance. Je m’en ouvris à Pete, qui se contenta de hocher la tête.

    L’appel des laboratoires de l’institut médico-légal confirma les suppositions du légiste. Notre victime était morte sous l’action du venin d’un serpent africain appelé vipère heurtante. Bien que le venin que la vipère injecte par morsure ne soit normalement pas mortel, m’expliqua-t-on, le défunt en avait une quantité importante dans l’organisme, entraînant nécroses et hémorragies qui lui avaient été fatales. Je me souvins du cadavre pendu et songeai qu’il avait été admirablement bien « nettoyé » afin d’être rendu « présentable » … Rien qui n’appartienne pas à la victime n’avait été trouvé. Quant aux restes que Pete avait trouvés dans la salle de bain, les mouchoirs portaient tous un seul ADN, celui de Hisne. La substance que nous n’avions pas pu identifier s’avéra être un savant mélange de cire et de fond de teint, et de cellules épithéliales appartenant toujours à l’avocat.

    Il nous restait un dernier dossier à éplucher, mais nous ne l’ouvrîmes jamais. Après avoir raccroché, je m’aperçus que Pete était très pâle. Il était resté assis et son regard vide était fixé devant lui.

    « Pete ? Tout va bien ? Tu n’as pas l’air du tout dans ton assiette …
    ― Danny … on a mis les pieds dans une affaire qui nous dépasse … je ne crois pas mentir en disant qu’on risque nos vies à continuer cette enquête.
    ― Tu n’y vas pas un peu fort ?, tentai-je de le raisonner, car sa peur, presque palpable me rendait très mal à mon aise.
    ― Non, tu ne comprends pas, gémit-il. Mais j’oubliais, c’est vrai que tu n’es pas ici depuis longtemps. Il y a un gang puissant en ville, appelé le gang des Vipères. Ils immortalisent leurs crimes en empoisonnant leurs victimes avec du venin de vipère, comme ici. Une signature reconnaissable entre toutes. Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas entendu parler d’eux, et j’avais cru le gang démantelé. Il semblerait que je l’aie seulement rêvé.
    ― Ils doivent être terribles pour que tu en trembles.
    ― Et bien … ils sont responsables de la mort de mon ancien coéquipier, entre autres choses. Je les ai vus faire et crois-moi, Danny, même en tant que flic, on ne fait pas le poids seulement à deux. La seule chose qui puisse leur faire mal, c’est une descente musclée et une mise à l’ombre la plus longue possible. Et pour ça, il faut des preuves, ou aucun juge n’acceptera de prendre le risque de faire comparaître une Vipère si c’est pour la relâcher ensuite. Il est fort possible que Hisne ait découvert quelque chose de compromettant et qu’il en ait payé le prix fort. C’est ce que recherchaient les meurtriers à mon avis, et c’est ce qui explique l’état de sa maison.
    ― Tu suggères donc qu’on ne fasse rien ?
    ― Oh, moi, je ne vais rien suggérer du tout. Mais attends d’en parler au chef. Ce n’est pas la première affaire qui va couler parce qu’on sait qu’on ne pourra rien faire. Tu as bien vu, on n’a aucune preuve, rien mis à part l’empoisonnement au venin, et même si c’est dans leurs habitudes, n’importe qui pourrait prétexter que c’est peut-être le fait d’un imitateur.
    ― Et comment savoir que ce n’est effectivement pas le cas ?, rétorquai-je, agacé du défaitisme de Pete. »

    Mon coéquipier ne répondit pas. Il eut un petit sourire triste, se leva et referma les différents dossiers.
     
  5. Caro
    Hors-ligne

    Caro Matière noire Origami d'Argent Fleur de Lotus

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    1.578
    Texte 3

    De tout mon coeur

    Mon précieux Will,


    Cette nuit, j’ai rêvé, et il semblerait que mon inconscient ne puisse se passer de ta présence.

    Nous étions là, tous les deux, sur le perron d’un chalet, devant nous s’étalait une forêt de sapins recouverts de neige. Assis sur les marches, tu m’entourais de tes bras avec chaleur, en fredonnant tout bas. C’était le plus beau cadeau que tu pouvais me faire, après ta longue absence.

    Pendant des nycthémères, j’avais préparé ton retour. J’avais reloqueté le sol du séjour et installé du bois près de la cheminée. J'avais imaginé alors les flammes flamboyer dans tes yeux. En t'attendant ce soir-là, j’avais disposé une dizaine de bougies qui illuminaient la pièce en lui concédant une atmosphère particulière. Le repas était prêt, j’avais mis tout mon amour dans une onctueuse crème dessert.
    Installée sur le divan, mon regard avait oscillé entre les chaussettes pendues à la poutrelle biscornue du foyer, et la fenêtre. J’avais souhaité de tout mon cœur que tu me parviendrais.

    Et puis je t’avais compendieusement aperçu au travers des carreaux. Je m’étais précipitée à l’extérieur pour t’enlacer. J’avais passé une main dans tes cheveux, véritable embrouillamini de boucles et de flocons cristallisés. Tu étais divinement beau à la lueur de la lune. Au diable le feu dans la cheminée, au diable le repas, au diable la crème dessert, aussi onctueuse soit-elle... pourquoi rentrerions nous ? Idée saugrenue ! Nous resterions dehors pour immortaliser cette splendeur.

    Nous étions donc là, tous les deux, sur le perron d’un chalet. Tu m’entourais de tes bras. Tes mains dans les miennes, je me joignais à toi en fredonnant tout bas à mon tour. Puis je me retournais. J'effleurais ta joue de mes doigts, doigts que tu t'empressais de réchauffer de ton souffle. Tu enfouissais ton visage dans mon coup, endroit qu'il n'aurait jamais du quitter. Je respirais ton odeur, elle n'avait pas changé. Tu m'avais terriblement manqué, mais tu étais bien là, à moi. Je pressais alors tendrement mes lèvres contre les tiennes.

    Will, ne dit-on pas que les rêves sont les souvenirs d’une autre vie ? Te souviens-tu de cet instant ? C’était il y a tout juste un an. Dans une autre vie. Il y a trois jours, c’était la fin du monde. De notre monde. Notre ancien monde. Si tu me lis, c’est que toi aussi tu as admirablement effectué ta métamorphose.


    Et à présent, je souhaite de tout mon cœur, que tu me parviennes.
     
  6. Caro
    Hors-ligne

    Caro Matière noire Origami d'Argent Fleur de Lotus

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    1.578
    Texte 4


    Promesses


    Voilà, ma belle, que je me remémore les temps que j'ai passés avec toi. Chaque instant à tes côtés durait une éternité, mais maintenant, malheureux, je ne puis que les rappeler compendieusement.

    Je me souviens encore du moindre détail de notre rencontre, cette nuit de bal, dans la grande salle de fêtes. Tu dansais divinement, et je ne pouvais détacher mes yeux de cette magnifique créature qui m'était apparue. Alors, au détour d'une chanson, je m'étais proposé comme ton cavalier ; et en cette soirée magique, je m'étais mis à rêver.

    À rêver ? Ce n'était pourtant pas une illusion, nous nous étions trouvés, et de ce moment-là, rien ne nous a séparé. Cette métamorphose de ma vie, je te la dois. Ce fut alors une longue période de dîners aux chandelles, de soirs au coin du feu, de courses dans la neige, l'hiver, dans les forêts de ton enfance ; et un sapin par-ci, un hêtre par-là, tu t'amusais à grimper en haut des branches, et je t'y retrouvais. Te souviens-tu ? C'est là qu'un jour nous trouvâmes un collier pendu au détour d'une feuille, un bijou que tu avais perdu des années auparavant.

    Un jour, je m'étais finalement décidé à te demander ta main. Ton père m'y avait autorisé, et je me souviens que ce soir-là tu étais sortie un peu plus tard qu'à ton habitude, et en t'attendant je m'occupais, allumant une bougie pour toi, faisant le ménage, rangeant pulls et chaussettes qui s'empilaient dans la buanderie. Je reloquetais le carrelage de la cuisine, fredonnant cet air que tu aimais tant, lorsque j'entendis la porte d'entrée s'ouvrir et se refermer, et tes pas qui m'indiquaient que tu venais jusqu'à moi. Tu étais rentrée de chez tes amies, un chapeau biscornu sur la tête et un grand sourire aux lèvres, et enfin tu étais là. Je dois avouer que c'est le coeur battant que je t'accueillis, me demandant un instant pourquoi j'avais eu cette idée saugrenue. Etait-ce vraiment le bon moment ? Le cadre ne me semblait plus assez romantique, et je me disais que tu devais être fatiguée. Mais ta présence seule suffit à me rassurer, et, après que tu eus posé tes affaires, nous nous installâmes confortablement dans le canapé du salon. Je t'avais dit avant ton départ que j'avais un cadeau pour toi ; et tu patientais, regardant le soleil couchant faire flamboyer le ciel tandis que je partais chercher le boîtier de velours qui contenait ma promesse d'amour.

    Comme ton sourire fut beau lorsque je te proposai d'immortaliser ces sentiments ! Il illuminait ton visage tout entier, et à ce moment-là nous sentions tous les deux que rien ni personne ne nous séparerait jamais. Nous étions fait l'un pour l'autre, c'était là notre unique certitude.

    Notre noce se passa admirablement, je dois dire. Tu étais magnifique dans ta grande robe blanche, et je n'oublierai jamais ce nycthémère de promesses folles, de gâteaux onctueux, de danses comme au premier jour, durant lequel notre amour fut cristallisé.

    Bien sûr, nous connûmes quelques embrouillaminis, quelques disputes, pour des broutilles ; mais tout cela était bien vite résolu, car il nous était trop difficile de souhaiter rester séparés plus de quelques jours.

    Alors, comment nous sommes-nous retrouvés ici, au bout de tant d'années ? Tu me fus arrachée, volée par l'inconnu ; ces arbres, pour toi, ne sont plus liés à moi, car c'est au pied d'un de ceux-cis que tu fis cette autre rencontre. Tu n'avais jamais perdu ton amour pour la forêt, et c'est dans celle-ci que je de perdis à jamais. Emportée par un autre, pour lequel tu ne semblais pourtant jamais avoir eu de considération ; nous nous en amusions même parfois, et maintenant c'est lui qui m'a tout pris. Car tu était tout pour moi.

    Mais m'entends-tu seulement, quand je te dis tout cela ? Tu es juste là, si proche physiquement, mais si loin de moi à présent. Pourtant, ma belle, mon amour, je ne t'oublierai pas, car tu es toute ma vie.

    Je t'aime à tout jamais.
     
  7. Caro
    Hors-ligne

    Caro Matière noire Origami d'Argent Fleur de Lotus

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    1.578
    Texte 5


    LE ROBERT DE TAILLE MOYENNE PAS VRAIMENT ILLUSTRE​



    Divinement :
    A la manière de Thorgram.

    Compendieusement :
    Dire les choses de façon succincte. Par exemple, mentionner ici la parade amoureuse des canards nains unijambistes des forêts du nord ne serait pas compendieux par rapport à la définition. Préciser qu'ils sont exquis enroulés dans du jambon non plus.

    Illuminer :
    1. Action de mettre en lumière quelque chose.
    2. Se dit d'un sapin de noël. « Le sapin est illuminé »
    3. Se dit de gens se prenant pour des sapins de noël « Robert est illuminé »

    Souhaiter :
    1. Si vous êtes S, voir exiger.
    2. Si vous êtes M, voir supplier.

    Rêver :
    1. Activité prenant place durant le sommeil comprenant des événements plus ou moins réalistes.
    « J'ai fait un rêve humide avec Mojito et des poneys et ...you don't wanna know. »
    NB : Il pleuvait et Mojito accompagnait les poneys dans un pays où il faisait beau. Et pas ce que votre imagination débridée pourrait imaginer.

    Admirablement :
    voir Divinement.

    Flamboyer :
    Brûler de façon intense. « -Regarde, Jean-Charles, comme notre petit Charles-Edouard flamboie ! -Mais, ma chérie, c'est parce que nous l'avons aspergé d'essence. »

    Immortaliser :
    1. Se transformer en vampire et briller au soleil.
    2. Se cryogéniser et fondre au soleil.

    Reloqueter :
    Définition du ménage pour un étudiant.

    Nycthémère :
    1. Cycle d'un jour et d'une nuit. Ex : « On se voit dans un nycthémère ! » remplacerait « on se voit demain à la même heure ! ».
    2. Insulte dont le sens est encore plus ou moins vague. Cependant il arrive d'entendre « Vazyla ! Nycthémère ! »

    Cadeau :
    1. Trucs inutiles que l'on offre à Noël ou pour les anniversaires.
    2. Trucs inutiles emballés dans trois mille couches de papier, raccourcissant grandement le délai avant la fin du monde. Mais bon, on s'en fout, c'est déjà passé.

    Bougie :
    1. Accessoire nécessaire à la réalisation de rituels impies/ invocation satanistes/ réunions du troisième âge.
    2. Accessoire permettant d' extérioriser les pulsions pyromanes autre part que sur le chat/chien/voisin/réunion du troisième age.
    3. Sert éventuellement à éclairer.

    Embrouillamini :
    Bah...comment décrire ça...c'est un peu comme un sac de nœuds, mais sans le sac et sans les nœuds. Et avec de la choucroute. Et un canard nain. Avec trois jambes. Mais sans le canard.
    Enfin... c'est pas très clair quoi.

    Neige :
    Substance blanche et poudreuse provoquant une grande euphorie chez les enfants comme les plus grands. Peut provoquer une dépendance.

    Métamorphose :
    1. Sujet d'un concours littéraire sur Kosmi'.

    Chaussette :
    1. « Qu'est ce qui est pue et qui est loin du nez ? »
    2. Exclamation répandue chez les nains pour réclamer un dû. « Chaussette ! Chaussette ! Chaaaauussette ! »
    3. Cri lançant la chasse à la paire, qui consiste à retrouver une chaussette appareillé dans des contrées plus ou moins chaotiques.

    Sapin

    Attendant :
    Permet de relater des événements dénués d'intérêt. « En attendant le train, j'ai mangé une pomme ».
    « En attendant, j'ai fait un tour du quartier. ». « En t'attendant, je me suis fait chier. »

    Fredonnant :
    1. Ce que l'on fait quand on connait pas les paroles d'une chanson.
    2. Ce que l'on fait quand on a pas d'idée de paroles pour ses chansons. Mais on rajoute des « Oh-oh ! » quand même.

    Pendu :
    Ce qu'il va advenir de vous, si vous ne votez pas pour moi.

    Cristallisé :
    1. Un L'Cie qui a fait du bon boulot.
    2. à peu près aussi solide que la fidélité d'un couple d'Amour, Gloire et Beauté.

    Onctueux :
    Comme un yaourt.

    Saugrenu :
    1. Discipline sportive consistant à faire du saut en longueur par temps de grêle, et nu.
    2. Quelque chose de bizarre. Et la première définition rentre dans ce critère.

    Biscornu :
    1. Se dit d'un animal étant deux fois scornu.
     
  8. Caro
    Hors-ligne

    Caro Matière noire Origami d'Argent Fleur de Lotus

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    1.578
    Texte 6


    Éphémère


    Il était un soir, une bougie magique
    Qui, dans son boudoir, rêvait, léthargique.
    Illuminant sapin, chaussettes, cadeaux,
    Ou encore escarpins, collants, bordeaux.

    Il était un soir, une mère passionnée,
    Qui cessait de boire pour immortaliser
    Le premier noël de son nouveau-né.
    « Joyeux... » disait-elle, puis elle se taisait.

    Voilà une semaine qu'elle reloquetait
    Les coins du domaine ou taillait les haies.
    Décorant compendieusement les salles,
    Fredonnant, elle oubliait le vital.

    Voilà tout ce temps sans avoir mangé.
    Noël attendant le sourire figé.
    Nycthémère passant elle recommençait
    Les mêmes tâches, souhaitant que tout soit parfait.

    Le soir arrivé, même sans appétit,
    Elle a concocté, embrouillamini,
    Un gâteau onctueux et cristallisé
    Un « que tous tes vœux puissent être exaucés ! ».

    Admirablement, elle était bien sobre.
    Et divinement, tout était en ordre.
    « Joyeux noël ! » put-elle enfin dire
    Et tout autour d'elle, l'écho parût mourir.

    Une grenouillère blanche serrée contre son cœur
    Elle baisait les manches, regardant ailleurs.
    Un petit couffin refermant un hochet
    Tout près du sapin, était déposé.

    La petite bougie savait que l'enfant
    N'était plus en vie depuis quelques temps.
    Et elle flamboya plus fort que jamais,
    Suppliant Gaïa de rendre le bébé.

    L'horloge s'arrêta, la neige fit de même,
    Ce qui s'installa fût le chant d'un requiem
    Et dans le couffin des pleurs retentirent.
    Les pleurs d'un défunt ou ceux d'un martyr.

    La mère, sans y croire, couru vers les cris
    Et elle pu revoir son petit en vie.
    Elle le prit contre elle et baisa son front,
    La vie était belle, le miracle fût prompt.

    La bougie magique était folle de joie.
    Hélas le mystique n'arrive qu'une fois.
    La flamme s'éteignit et le rêve pris fin.
    Les bafouillis repartirent aux confins.

    La mère regarda l'enfant silencieux
    Le voyant elle cria et maudit les cieux.
    Quelle métamorphose ! Le voilà biscornu !
    Était-ce, cette chose, un enfant saugrenu ?

    Il fallut attendre plusieurs jours plus tard
    Pour que des cœurs tendres viennent au foyer, braillards.
    On y retrouva la femme éperdue
    Loin de tout tracas, elle s'était pendue.
     
  9. ManOnDaMoon
    Hors-ligne

    ManOnDaMoon Matière noire Admin Kosminea Modo TIC

    Inscrit:
    2 Février 2012
    Messages:
    1.796
    C'est à la Une. À vos votes ! :happy:
     
  10. Pixy
    Hors-ligne

    Pixy Matière noire Sérievore Argent Fleur du Chaos

    Inscrit:
    31 Mars 2012
    Messages:
    4.602
    Sans hésitations, je vote pour "Le robert de taille moyenne pas vraiment illustré" - Je me sens fendue la poire ( génial l'expression, merci le français ! ) plus d'une fois et puis, il y a ZE définition of ze world. Celle de chaussette ! Je me devais donc de donner mon vote à ce dico délirant.
    Le texte 3 m'a fait vaguement penser aux Âmes Vagabondes. Il est court mais la scène décrite est belle et pleine d'amour et de tendresse. Et puis Will c'est beau comme prénom. Je soupçonne Caro de l'avoir écrit, ça lui ressemble.

    Le texte 4 est très beau également. Je ne m'attendais pas à une fin si triste.

    Le texte 6, je n'aime décidément pas les textes à rimes. J'aime pas ce côté monotone que cela donne au texte. C'est dommage car c'est le premier texte qui a attiré mon oeil. J'aime beaucoup le mot "Ephémère" et mon engouement est vite redescendu au fil de la lecture. Le texte n'en reste pas moins très bon mais pas de rimeuuuh ><
     
  11. Caro
    Hors-ligne

    Caro Matière noire Origami d'Argent Fleur de Lotus

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    1.578
    Je commente petit à petit.

    • Texte 1

    J'ai beaucoup aimé ce texte, je ne m'attendais pas du tout à cette chute. Je m'attendais à quelque chose d'horrible, du sang partout, itou itou, mais non, c'est Noël, alors les histoires de petites filles finissent toujours bien :D

    Ce que je trouve remarquable, c'est que les mots sont vraiment bien insérés, je n'ai pas eu une seule fois l'impression qu'on avait écrit une phrase juste pour caser un mot. Tout coule. Surement parce que le vocabulaire de l'ensemble n'est pas "ordinaire" non plus. Je veux dire par là que beaucoup des mots utilisés auraient pu se retrouver dans la liste, genre succursale - gluante - paralyser - ricaner.

    Même si j'ai eu du mal à rentrer dedans au départ (j'avais du mal à voir où l'auteur voulait en venir), avec la chute c'est plus évident.

    Un moment, j'ai même cru que l'auteur parlait du fait d'écrire son texte:
    Avouez que ça s'y prête bien!

    Pour résumer, c'est un beau texte :)
     
  12. Maddilly
    Hors-ligne

    Maddilly Galaxie Yéti Ludere deorum

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    4.379
    Pour l'instant je n'ai lu que le texte 5. J'ai bien rigolé en le lisant et j'ai appris plein de nouvelles acceptions de mots dont je pensais pourtant connaître toutes les significations. :rigole:
    Une définition m'a marquée, je me suis sentie concernée :
    :D

    J'ai choisi un texte à lire au feeling, là ma pause est terminée donc je viendrais lire le reste et voter plus tard. ^^
     
  13. Caro
    Hors-ligne

    Caro Matière noire Origami d'Argent Fleur de Lotus

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    1.578
    • Texte 3

    Ahah, nous verrons, en tout cas, si je l'avais écrit, j'en serais assez fière. C'est vrai que ça me ressemble. En fait, tout ce qui est limite niais, ou qui parle d'une belle histoire d'amour me ressemble :rolleyes:

    Je dirais que c'est un texte court effectivement, mais assez "profond". Je m'imagine carrément à la place de la fille ahah. Et c'est bien là le principal.
    Je trouve qu'il manque cependant un peu de description. Si l'auteur avait décrit un peu plus les objets comme les chaussettes, les carreaux, le perron, les sapins, bref un peu tout, les adjectifs à insérer se seraient sans doute mieux fondus dans la masse.

    Ca reste quand même très beau, puis je veux le même chalet, et le même Will. Avis à tous les Will. :ange:


    • Texte 4

    C'est étrange car je trouve qu'il ressemble beaucoup au texte 3. Du moins dans l'ambiance. La même nostalgie. Et forcément un grand amour! L'auteur raconte aussi à un moment l'attente de l'autre, et la préparation de la pièce. C'est fou de retrouver les mêmes éléments!

    L'idée de raconter une histoire d'amour du début à la fin est sympa. Contrairement à Pixy, j'ai vite compris comment ça allait finir. Mais les histoires qui finissent mal... puis c'est même pas que ça finit mal. Ça se finit et tu te sens presque retournée. Je préférerai toujours finir sur une note d'espoir :(

    Dans la forme, il y a certains mots que je n'aurais sans doute pas utilisés, enfin, qui m'ont sautés aux yeux. Il y a surtout cette phrase:
    Que je trouve mal exploitée. Là on voit vraiment que c'est pour insérer "pendu". Ce serait beaucoup mieux passé en exploitant le souvenir, ou en expliquant ce que ce collier pouvait bien représenter pour le couple. Ou faire un rappel à la fin, en parlant de ce collier qu'il aurait pu déposer au sol. Enfin, ça me chagrine un peu parce que c'était pas une mauvaise phrase, mais elle m'a vraiment titillée^^

    En tout cas, j'ai beaucoup aimé. On a vraiment de beaux textes :)
     
  14. Caro
    Hors-ligne

    Caro Matière noire Origami d'Argent Fleur de Lotus

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    1.578
    • Texte 5

    C'est clair, c'est le texte le plus fun :rigole:
    C'est original, ça colle parfaitement au concours, ça aurait été difficile de le faire comme ça sur un autre concours.

    J'ai beaucoup rigolé, surtout avec la définition de chaussette moi aussi! Mais aussi celle d'embrouillamini, et fredonnant par exemple.
    Mais parfois j'ai mis un peu de temps à comprendre, et parfois je n'ai pas compris, genre:
    Si quelqu'un peut m'expliquer :oops: (je suis sûre que je vais me dire "mais oui! évidemment" mais en attendant...)

    A part ça, pour moi la grosse erreur de ce texte, c'est de ne pas avoir classé les mots par ordre alphabétique.
    C'est contraire au principe du Robert, et ça me perturbe. Vraiment.

    Mais bon, c'est vraiment sympa quand même, c'est cool d'avoir des textes qui sortent de l'ordinaire de temps en temps :) Puis, si j'avais su que quelqu'un ferait un machin comme ça, bah j'aurais mis plus de mots :rigole:

    Tiens, ça pourrait être fun ça, un topic où on donne un mot pris au pif dans le dico, puis chacun donne une définition (sans aller voir dans le dico).

    Vous connaissez ce jeu? C'est une tradition dans ma famille. En fait, tour à tour, quelqu'un choisit un mot, il écrit la bonne définition sur un papier. Chacun des joueurs écrit une définition qui lui semble être potable sur un papier aussi. On mélange tous les papiers. On les lit les uns après les autres, puis on vote pour la définition qu'on pense être la bonne. Le but étant d'écrire une définition qui semble si réelle que les gens vote pour elle. Bref, passons la digression. Juste un topic de définition ça peut être fun :p


    Edit: ah, c'est bon, je viens de comprendre. il fallait juste que je l'écrive. Bon, j'avais pas cherché du bon côté. Je suis une âme trop pure. :spin:
     
    Maddilly aime ceci.
  15. Pixy
    Hors-ligne

    Pixy Matière noire Sérievore Argent Fleur du Chaos

    Inscrit:
    31 Mars 2012
    Messages:
    4.602
    Je suis pour le topic de définitions ! Je pense que ça pourrait être drole x)
    Caro espèce de Vagabonde va !
     
  16. Soul
    Hors-ligne

    Soul Matière noire

    Inscrit:
    1 Août 2012
    Messages:
    922
    J'aurais l'esprit retors d'avoir compris tout de suite ? Mais c'est quoi ces considérations :eek:. Sinon c'est vrai que le lexique est plaisant à voir, il attire l'oeil.
     
  17. Maeve
    Hors-ligne

    Maeve Astéroïde

    Inscrit:
    3 Février 2012
    Messages:
    1.263
    A y est j'ai tout lu.

    Je réserve mon vote pour l'instant, mais je pense que j'aurais du mal à me décider, j'ai bien aimé tous les textes. xD
    Une rapide review :

    Texte 1 :
    Une catastrophe qui finit bien pour des biscuits de Noël.xD C'est mignonnet tout plein, l'idée est amusante, j'ai souri en imaginant cette petite fille toute penaude dans le canapé. Bon par contre, il m'a rappelé des boulettes de quand j'étais pitchoune, tiens, ...bref. :3

    Texte 2 :

    Le petit côté polar! J'étais en "polar mood" ces dernières semaines alors il m'a bien plu! J'ai vraiment aimé la description de la scène de crime surtout. Ce qui est dommage c'est que ça se finisse si brusquement (oh le collègue défaitiste! xD), on aimerait avoir une histoire plus longue et développée du coup. =D

    Texte 3 :
    Je n'ai pas lu les Âmes Vagabondes et j'en suis bien contente du coup. xD Je l'ai trouvé très doux et j'ai été surprise par la fin, je ne m'attendais pas à "la fin du monde". (C'est marrant, j'ai aussi pensé de suite à Caro... ^^)

    Texte 4 :

    Un peu comme le précédent j'ai beaucoup aimé l'atmosphère même si elle est bien plus mélancolique (mais je reconnais que j'aime beaucoup quand c'est mélancolique). La fin est triste, ce côté irrévocable de quelque chose qui s'est terminé sans aucun espoir de retour... raaaah! Mon petit coeur fleur bleue s'est serré.

    Texte 5 :
    Je me suis bien marrée avec celui-là. :saute: Il y a de bonnes trouvailles et l'idée est originale, il fallait y penser. En plus c'est un dico dans le désordre! :O

    Texte 6 :
    Je suis peu sensible à la poésie mais ce poème-là a réussi à provoquer de vraies émotions chez moi, la gravité des évènements laissant un peu sous le choc en fin de lecture. Je ne sais pas vraiment juger des rimes, quoiqu'il en soit j'ai trouvé la lecture fluide et les sons agréables à l'oreille, c'est joli. La seule chose que je trouve un peu dommage c'est l'emploi de la forme "gérondif/participe présent" de verbes qui étaient à l'infinitif dans la liste. =/

    Et maintenant, le plus dur : il va falloir choisir... ahahah! xD

    Écroulée! Mais bon, ne joue pas les jeunes filles innocentes pour autant! xD
     
  18. Caro
    Hors-ligne

    Caro Matière noire Origami d'Argent Fleur de Lotus

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    1.578
    Bon, je vais voir ça pour le topic définition :)

    Par contre, juste un ps, pour ceux qui votent: le sondage ne montre pas qui vote pour quel texte (à cause d'une erreur de manip) donc n'hésitez pas à poster pour préciser pour qui vous votez :)
     
  19. Tsukiyo-rei
    Hors-ligne

    Tsukiyo-rei Matière noire Modo Arts Rhétos Modo Manganime Flocon de neige

    Inscrit:
    1 Mars 2012
    Messages:
    4.595
    J'ai voté sans hésitation pour le texte de Thorgram (qui ne s'est pas caché XD). Je me suis marré du début à la fin, ça m'a fait penser au dictionnaire des idées reçues transformé en "dictionnaire d'un blasé cynique" :ange:. Non c'est vraiment très réussi !

    Je commenterais les textes un peu plus tard, quand j'aurais plus de temps. En tout cas, j'ai été étonnée de voir à quel point les mots pouvaient avoir étés insérés de manière naturelle dans les textes (enfin, ça en donne l'impression :p).
     
  20. Pixy
    Hors-ligne

    Pixy Matière noire Sérievore Argent Fleur du Chaos

    Inscrit:
    31 Mars 2012
    Messages:
    4.602
    Pour ce texte, ce n'est uniquement que mon impression. Il n'y a peut être absolument aucun rapport avec. Etant donné que dernièrement je lisais ce livre, c'est pour ça que ce rapprochement m'est venu instinctivement. Et accessoirement, va lire ce livre !
     
  21. Thorgram
    Hors-ligne

    Thorgram Astéroïde Robert du 24

    Inscrit:
    4 Avril 2012
    Messages:
    980
    Ceynul ! Désolé...

    Bon, je vais commenter dans l'ordre :

    Texte 1 :

    Il m'a fait sourire ^^ Je ne m'attendais pas du tout à la chute. Un texte tout mignon.
    Et puis les mots étaient intégrés de façon remarquable !
    Peut-être mon préféré.

    Texte 2 :

    Vraiment bien dans son style ! Un peu rebuté par la longueur, on nous tient en haleine durant tout le texte.
    Je veux une suite ! :D

    Texte 3 :

    C'est mignon. En fait, "Doux", pour paraphraser Maeve, convient parfaitement.

    Texte 4 :

    C'est romantique, féérique...et bam la fin. Très abrupte. D'ailleurs, au début, je pensais qu'elle était morte, avec le "Tu me fus arrachée". Mais non.
    J'ai bien aimé.

    Texte 5 :

    Bah, je me suis bien marré :D.
    L'ordre des mots est celui de la liste, mais un classement alphabétique aurait été préférable.
    J'aime l'exemple de "Flamboyer".

    Voyons, je trouve l'hypothèse qu'un membre de mon fan-club l'ait écrit beaucoup plus plausible :rolleyes:

    Texte 6 :

    Je ne peux pas vraiment situer par rapport au genre choisi. Mais le thème et la façon de le traiter sont bien choisis. Et la chute est dure aussi.


    Bref, j'ai pas voté pour le moment, je vais réfléchir encore un peu...

    Edit : J'ai voté pour le texte 2, car c'est celui qui m'a le plus "tenu". J'ai beaucoup hésité avec le 4 qui m'a touché.
     

Partager cette page