Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Cinéma Monde de Charlie (Le)

Fiche dans 'Oeuvres des Arts médiatiques et scéniques' rédigée par Eris, 19 Juin 2014. Current view count: 1326.

Publicité

Monde de Charlie (Le)

Titre V.O. : The Perks of being a Wallflower

Auteur - Staff :

Domaine : Cinéma

Genre(s) : Comédie dramatique

Avertissement : Le contenu de l’œuvre peut heurter la sensibilité du public. Motif(s) : Drogue, ... Veillez à ne pas poster d'images ni tenir de propos explicites sur les forums.
Dieu que ça me fait mal de mettre le titre en VF.

The Perks of being a wallflower
Le Monde de Charlie


PrésentationPW.jpg


Réalisateur : Stephen Chbosky
Scénariste : Stephen Chbosky
Acteurs : Logan Lerman, Emma Watson, Ezra Miller
Durée : 1h40 environ
Nationalité du film : US
Date de sortie : 2 janvier 2013 en France, septembre 2012 aux États-Unis et Canada. Disponible à la vente en Bluray et DVD.

Résumé :

Charlie est si enthousiaste à l'idée de commencer le lycée qu'il compte déjà les journées qu'il lui reste avant son dernier jour de terminale. Effectivement, comment ne pas souhaiter la fin d'un tout nouveau calvaire ? Déjà brimé au collège, Charlie a en effet beaucoup de mal à se faire des amis, et subit au contraire un lynchage quasi-quotidien.

Mais Charlie n'est pas seul à être isolé. Son expérience de lycée va alors radicalement changer avec la rencontre d'un demi-frère et d'une demi-sœur particuliers, et l'aider à libérer un trop plein de mal-être... n'a pas seulement à voir avec cette étrange période qu'est l'adolescence.

PerksWallflower2.jpg

Avis personnel :

Tout d'abord, je précise juste que je vais parler non pas du "Monde de Charlie", mais de The Perks of being a wallflower. Et pas seulement parce que mon snobisme lattant m'empêche d'apprécier cette (si peu) délicate adaptation française du titre. Le Monde de Charlie est typiquement le genre de titre qui dénature un film : on imagine, en regardant l'affiche en VF, avoir affaire à une banale histoire d'adolescent. Je m'attendais ainsi à savourer un mélange léger entre Lolita malgré moi et La folle journée de Ferris Bueller, dans un registre plus moderne. D'une certaine manière, m'être autant trompée a permis au film de me toucher d'autant plus. Mais Le Monde de Charlie n'est pas un film sur le monde de Charlie. Parce que le monde de Charlie ne peut simplement pas se limiter à l'amertume de Charlie. C'est pourquoi, parce que Le Monde de Charlie est en fait la version "Secret de Terabithia" des comédies adolescentes, je préfère lui garder son titre original.

The Perks of being a wallflower, donc, est, pour la petite anecdote, un film adapté du roman du même titre de Stephen Chbosky, qui est aussi le réalisateur, écrit à moitié dans une optique autobiographique. On a donc à la fois un film un peu narcissique sur les bords, mais surtout aussi intimiste que pudique. Présenté comme un film de découvertes adolescentes, avec le côté plus appuyé sur les doutes des personnages, à la Breakfast Club, on se demande quand même, vers la moitié du film, où celui-ci va bien pouvoir nous emmener. En réalité, il ne révèle son vrai visage que dans le dernier tiers. Le rythme assez saccadé rend le visionnage inégal, à l'image du personnage principal. Ça ne l'empêche pas de marquer, parce que derrière cette maladresse se cache un mal-être beaucoup plus profond que ce qu'on nous laisse croire au début. Du coup, alors qu'on s'est attaché voire mis à la place de Charlie, on est autant confus que lui puis touché par sa véritable blessure. Ça ne va surprendre personne, mais j'ai pleuré à la fin sans m'attendre à avoir une crise de larmes pour un film que je croyais gentillet et enthousiaste de base.

PerksWallflower.jpg

Le jeu des acteurs est en général satisfaisant et ils ont bien retranscrit cette ambiance d'incertitude propre au film. J'attendais de base Ezra Miller que j'avais trouvé incroyable(ment malsain) dans We need to talk about Kevin, il a non seulement une aura particulière mais sa capacité à prendre possession de son personnage est soufflante. Au final, j'ai trouvé Logan Lerman aussi très juste, ça a été un vrai coup de cœur, et c'est Emma Watson qui parfois semblait être en décalage avec eux. Les personnages secondaires ne sont pas en reste, mais le trio principal crève quand même l'écran.

Enfin bref, pour un premier film, le réalisateur ne s'en sort pas trop mal, et nous offre une expérience tendre, pas exceptionnelle mais qui peut être surprenante. Le film souffre d'être sorti au moment de la vague de titres qui mettaient en avant les soirées de jeunes, alors qu'il propose bien plus qu'une simple caricature de "l'adolescence" vue par les adultes, superficielle et matérialiste. Car ce qui reste après le visionnage de The Perks of being a wallflower, c'est la trace de sentiments.


Emma Watson - The Perks of Being a Wallflower Photo-01-640x432.jpg

Publicité

Cliquez pour voir les pièces jointes

Partager cette page

Eris

Eris

Auteur de 11 fiches
Dernière publication : Hello Sleepwalkers (index Artistes & Staff des Arts médiatiques et scéniques)

Le mot de l'auteur :

Curieuse mais flemmarde, la fiche que vous lisez ou avez lu est donc en général pour un coup de cœur. En espérant que vous l'ayez appréciée, voire qu'elle vous ai donné envie d'en savoir plus !

Chargement...

1 commentaires dans la discussion Cinéma [Film] Monde de Charlie (Le)

  1. Yajijy

    Yajijy21 Juin 2014

    Vu hier soir. [SPOILER]
Continuez la discussion dans les forums : Cinéma [Film] Monde de Charlie (Le)