Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Cinéma La vie d'Adèle

Fiche dans 'Oeuvres des Arts médiatiques et scéniques' rédigée par Tsukiyo-rei, 28 Décembre 2013. Current view count: 1782.

Publicité

La vie d'Adèle

Auteur - Staff :

Domaine : Cinéma

Genre(s) : comédie dramatique

Avertissement : Le contenu de l’œuvre peut heurter la sensibilité du public. Motif(s) : Langage grossier, Discrimination, Sexe, ... Veillez à ne pas poster d'images ni tenir de propos explicites sur les forums.
PHOTO-Le-poster-officiel-de-La-Vie-d-Adele_portrait_w532.jpg
De la BD originale : Le bleu est une couleur chaude de Julie Maroh
Origine : France
Date de sortie : 2013
Société de production : Quat'sous films
Durée : 2h55
La-vie-d-Adele-chapitre-1-2.jpg

Synopsis :

Les filles, ça sort avec les garçons, c'est bien connu ! Adèle ne compte pas faire exception à la règle. Mais voilà, ce n'est pas pour un garçon que son cœur commence à battre mais pour une jeune femme aux cheveux bleus. Mais comment faire face aux désirs qu'on peut éprouver pour une autre femme quand on est une ado mal dans sa peau et craignant d'être rejetée ?

Personnages :
(situation au début du film)

Principaux :

adele.png Adèle
Actrice : Adèle Exarchopoulos
Jeune lycéenne qui rêve de devenir institutrice. Elle aime lire (et manger des pâtes ?) et écrire des journaux intimes. Peu de temps après avoir fait la connaissance de Thomas, elle croise une jeune femme aux cheveux bleux sur un passage piéton et commence à être fascinée par elle.

emma.png Emma
Actrice : Léa Seydoux
Etudiante aux Beaux-Arts, cette lesbienne qui s'assume est aussi passionnée de philosophie. Elle sort avec Sabine.

Secondaires :

Valentin
Acteur : Sandor Funtek
Un très bon ami d'Adèle.

Sabine
Actrice : Aurélie Lemanceau
Petite-amie d'Emma qui a tendance à draguer d'autres filles.

Thomas
Acteur : Jérémie Laheurte
Lycéen en Terminal qui est passionné par la musique.

Samir
Acteur : Salim Kechiouche
Ami d'Emma.

Lise
Actrice : Mona Walravens
Amie d'Emma.

Avis personnel :

1.jpg

Je suis partie avec des réserves, j'avais peur que le film ne me plaise pas, même en me disant par avance qu'il allait forcément me décevoir si je le comparais à la BD et qu'il fallait donc que je le prenne comme une oeuvre à part. Je n'ai pas pu. Car au final, j'aurais moins aimé le film sans avoir lu la BD, parce que c'est le fangirlisme qui fonctionnait sur moi. Ca et les petits détails qui font réel et on a fait le tour de ce qui m'a intéressé, ce qui est assez peu il faut bien l'admettre. Du coup je suis tombée dans le piège de la comparaison, mais j'étais quand même heureuse de voir certaines scènes de la BD en film ou de retrouver certains personnages, eurent-ils changé entre les deux œuvres.

J'avais quand même pas mal d'espoirs. Après tout il a reçu la palme d'or et les critiques que j'ai lu étaient excellentes (j'en ai trouvé pas mal de plus moyennes depuis). Et j'ai donc été déçue. Que se soit en n'arrivant pas à m'empêcher de comparer le film avec la BD qu'en essayant de prendre le film à part, j'en arrive toujours à le trouver trop axé pour bobos qui se la pètent quitte à perdre tout risque d'identification ou d'émotions. Parce qu'au final, ma plus grande déception est de n'avoir rien ressentit devant ce film, à part "cool du bleu un clin d'oeil !" ou "bordel c'est long" ou encore "mais... mais... pourquoi avoir changer le scénario pour ça ?". Je n'ai pas vibré pour cette histoire, pas une seconde, déjà parce qu'elle n'avait rien de crédible à mes yeux (à cause d'Adèle, j'y reviendrais mais en gros je ne comprends pas comment on peut craquer pour elle), ensuite parce qu'elle était too much (ce qui ne marche pas avec moi). Et si on n'adhère pas au couple, c'est mort. On s'ennuie en regardant sa montre tout du long, parce que quand même 3 heures où il ne se passe pas grand chose, ça met l'endurance à rude épreuve. Et je suis pourtant du genre patiente, très.

2.jpg

Ca avait pourtant plutôt bien commencé, vu que j'ai trouvé la première partie plutôt pas mal. Même si le changement drastique de personnalité d'Adèle (anciennement Clémentine) m'a beaucoup... surprise on dira (elle veut faire prof sans même parler correctement français ? Pourquoi quand elle explique ce qu'elle a aimé dans un livre ça donne "ouais c'était trop bien, y avait plein de mots ça m'a trop touchée" ? Où est passé la Clem intelligente qui parle correctement ? Pourquoi elle a le syndrome de Kristen Stewart dit de la bouche perpétuellement entre ouverte qui donne envie de lui donner une paire de baffes tout le film ? T-T Non ça ne te rend absolument pas expressive ! Ça te donne juste un air idiot et c'est vraiment énervant !). Bref, j'étais moyennement convaincue et c'est peu dire. Rien qu'avec la bouche c'était mort d'avance et je ne pouvait pas prendre ce perso au sérieux. Si on rajoute la choucroute au dessus de la tête, déjà présente dans la BD, et vous savez pourquoi elle m'a traumatisé à chaque apparition à l'écran. Mais Emma était fidèle à la vision que j'avais d'elle et ça rattrapait le coup. Parce qu'après tout c'est surtout Emma qui m'avait fait aimer la BD (et Valentin, mais lui a souffert de l'adaptation au cinéma, 3 heures ne suffisaient pas à le mettre un peu en avant comprenez).

Le parti pris de pousser le réalisme au maximum m'a beaucoup plus lui, même s'il donne parfois envie de vomir (les gros plans sur le masticage des pâtes, la morve qui coule dans la bouche... etc, c'est écœurant oui, mais réaliste donc on met ça dans les points positifs même s'il y en a beaucoup trop). On a plein de petits détails pour renvoyer à la vie de tous les jours, comme des remontages de pantalons, les discussions banales à tables... etc. Même les dialogues ne sont pas raccourcis, afin de garder jusqu'à leurs longueurs pour coller encore plus au réel. C'était long, parfois j'ai eu envie de vomir, mais je le place quand même dans les points positifs parce que c'était assumé jusqu'au bout.

Les choix de cadrage et de points de vues étaient aussi assez bons, avec certaines scènes bien trouvé pour instaurer un certain malaise ou un certain bonheur innocent. Je ne critiquerais pas la manière de filmer, j'ai plutôt aimé. Même si je me serais vraiment passé de tous les gros plans sur la tête d'Adèle (j'en pouvais plus), je comprenais pourquoi ils étaient là.

03.jpg

Par contre, j'étais beaucoup moins enthousiaste au changement radical de scénario pour la seconde partie. Pour le coup, l'adaptation a été très libre, mais je trouve qu'elle en a perdu énormément et a fini par tomber dans un entre deux un peu dérangeant.
D'un côté le fait de se fixer sur le couple Adèle/Emma, quitte à oublier de parler vaguement de Sabine (Emma la trompait légèrement, mais c'est un détail je suppose), Valentin (pourtant important dans la BD)... etc semble partir sur l'idée d'un centrage de l'histoire sur le couple. Et pourtant, on se retrouve avec d'autres personnages plutôt inintéressants à mon sens, on montre comment Adèle essaye de refaire sa vie et son nouveau départ à la fin, laissant entrevoir un espoir de relation hétéro qui meurt dans l'œuf. Et là je comprends beaucoup moins. Quitte à se positionner dans une optique de soutien (ou je ne sais quoi) pour l'homosexualité, pourquoi est-elle systématiquement vouée à l'échec dans ce film ? Les filles se séparent, Emma refait sa vie avec une autre mais elle n'est pas satisfaite sexuellement, Adèle est détruite et sa seule échappatoire semble de ressortir avec un mec. Dans la BD, les choses avaient beau être assez tristes, on avait un tout autre message.
On finissait sur une note de poésie sur l'amour en général, alors qu'Emma faisait son deuil comme elle le pouvait. Clem' meurt, mais elles se sont réconciliées avant et au final leur amour semble survivre malgré tout. Et c'était beau T-T
Dans le film, l'idée de la fin en elle-même n'est pas si mauvaise, Adèle part refaire sa vie. Ça fait très film français et c'est tout sauf original (parce que bon, ce genre de fin y en a pas mal), mais pourquoi pas ? C'est tout ce qui précède qui me dérange plus. Pas simplement parce qu'une foule qui vénère une personne pendant 3 heures pour des pâtes s'est surréaliste (oui ce passage m'a choqué), mais parce que Kechiche en fait trop. Emma n'aurait pas dû devenir si crue verbalement, la séparation est trop violente pour être touchante. On ne sait pas pourquoi Adèle va voir ailleurs, alors qu'on a un engrenage de problèmes et de solitude qui est rapide mais bien géré dans la BD (mais comme il a supprimé l'élément déclencheur, ça sort de nul part). Et tout un tas d'autres choses qui m'ont dérangées.

Sinon, je viens de lire ce que disait Julie Maroh sur le film sur son blog (un article que j'ai trouvé très intéressant, j'ai toujours aimé sa manière d'écrire d'ailleurs). Outre le fait que je viens d'apprendre que Kechiche l'a royalement ignoré depuis qu'il s'est attelé au film, oh ce joli détail qui rend ce réalisateur encore plus antipathique à mes yeux, j'ai beaucoup aimé ce qu'elle dit sur les scènes de sexe et c'est aussi ce que j'ai ressentit. Pour moi, elles ont uniquement été scénarisées par un homme sans qu'une femme ne dise rien dessus, je ne vois que ça. Même au-delà de la sexualité de chacun, il n'y avait aucun naturel, pas plus qu'aucune attirance d'ailleurs, dans ces scènes. Pour moi ça se résumait à un mauvais porno lesbien (destiné à des mecs qui connaissent assez mal le corps féminin -_-'), même pas excitant pour un sous d'ailleurs. Bien sûr c'était trop long, mais ça ne l'aurait pas été si ça avait été crédible, fusionnel et magique (comme dans la BD donc) au lieu de juste cru pour être cru... bref, la salle entière soupirait d'ennui et d'exaspération devant ses scènes, c'est dire.

04.jpg
Au final, je ne dirais pas que La vie d'Adèle est un mauvais film, il y a de bonnes idées et un bon traitement en général, mais à vouloir en faire trop je trouve que le film a perdu la sincérité, la force et la beauté de la BD. Adieu poésie, bonjour cru dérangeant. D'un côté il y a l'envie de faire des clins d'œil aux fans (en mettant des draps bleus pour symboliser le jeu de couleur de la BD ou en reproduisant certaines rares scènes à l'identique), de l'autre il y a un parti pris pour un film fait pour gagner la palme d'or, ce que je met du côté bobo (et je hais le côté bobo). Du coup, j'ai été plutôt déçue et moi qui comptait l'acheter avant de le voir, j'ai changé d'avis. Je suis sortie en me disant que c'était enfin fini et en soupirant, comme à peu près toute la salle qui avait eu l'air de s'ennuyer comme moi.

Publicité

Cliquez pour voir les pièces jointes

Partager cette page

Tsukiyo-rei

Tsukiyo-rei

Auteur de 19 fiches
Dernière publication : Ori and the blind forest (index Oeuvres Jeux vidéo)

Le mot de l'auteur :

Née d'un arc-en-ciel de poney, elle grandit en câlinant des animaux qui la martyrisait et en kyayant sur l'amitié "virile" et ambiguë des bishôs shonenesques. Aujourd'hui, son cas semble désespéré. Mais si vous lui envoyez un petit millier d'euros par la poste, elle pourra peut-être guérir et arrêter de frapper des enfants avec de la salade bon marché.
(je ne suis pas folle vous savez !)

Chargement...

7 commentaires dans la discussion Cinéma La vie d'Adèle

  1. Lysandris

    Lysandris28 Décembre 2013

    ---------- j'en arrive toujours à le trouver trop axé pour bobos qui se la pètent quitte à perdre tout risque d'identification ou d'émotions. ---------- Sans reprendre tout ce que j'ai déjà dit sur ce film ailleurs, j'ai eu le même ressenti, et c'est au final tout ce qu'il me reste de La vie d'Adèle. Et moi aussi je m'y suis ennuyé ferme. J'ai vécu la fin comme une délivrance après avoir plusieurs fois hésité à partir en cours de route. Je finissais même par rire tout seul dans la salle... Lire la suite
  2. TheRenantel

    TheRenantel28 Décembre 2013

    Très belle fiche Tsuki (J'ai cependant trouvé quelques fautes dans ta fiche, ne me frappe pas :P) Personnellement, c'est un des films que j'attends le plus de voir à la télé ou en l'achetant en DVD, je sais pas pourquoi... Mais d'après ta fiche c'est pas du tout ce à quoi je pouvais espérer
  3. Tsukiyo-rei

    Tsukiyo-rei29 Décembre 2013

    Moi aussi je l'attendais beaucoup, surtout que je suis fada de la BD. Après si j'ai été déçue, d'autres ont criés au génie et la première partie m'avait assez plu (si on enlève tout ce qui fait le personnage d'Adèle que j'ai détesté, mais je n'étais pas fan de la Clémentine de la BD non plus à la base et ils en ont rajouté une couche de ce qui m'agaçait). Je te conseille quand même de le voir avant d'acheter le dvd. Il est cher (enfin 20€, je paie mes coffrets dvd moins cher :p) et s'il ne... Lire la suite
  4. TheRenantel

    TheRenantel29 Décembre 2013

    Faudrait que je me trouve la bédé, j'ai déjà cherché dans la bibliothèque de mon quartier, j'ai rien trouvé, va falloir que je me l'achète via livrairie
  5. Vannara

    Vannara29 Décembre 2013

    Je n'ai pas aimé la réalisation du film, qui est un copié-collé La graine et le mulet, du même réalisateur, que j'avais déjà vu. C'était vraiment redondant, et ça fait vraiment « film fait pour être présenté à Cannes et gagner des prix ». Le film est long, trop long, on peut bien couper... À la louche, 45 minutes je dirais, mais ce n'est qu'une estimation. Mais je ne regrette pas de l'avoir vu car il existe des moments juste magiques. Pour moi, ils sont au nombre de trois, profonds et... Lire la suite
Lire les messages suivants dans les forums : Cinéma La vie d'Adèle