Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Littérature Hypérion

Fiche dans 'Oeuvres Littéraires et des Beaux Arts' rédigée par Sheeana, 28 Octobre 2016. Current view count: 743.

Lucullus et Xerxes aiment ceci.

Publicité

Cantos d'Hypérion (Les)

Titre V.O. : Hyperion Cantos (The)

Auteur - Staff :

Éditeur : Robert Laffont (grand format), Pocket (poche)

Domaine : Littérature

Genre(s) : Science-fiction, space opera

[​IMG]

[​IMG]

Au commencement était vraiment le Verbe. Je ré-intitulai mon poème Les Cantos d’Hypérion. Le sujet n’était pas seulement la planète, mais la fin des Titans qui se faisaient appeler humains. C’était aussi l’hubris sans souci d’une race qui avait osé assassiner sa planète natale par pure négligence et qui avait transporté sa dangereuse arrogance dans les étoiles. Là, elle affrontait le courroux d’un dieu que l’humanité avait en partie enfanté.


[​IMG]

[​IMG]

Dan Simmons est né en 1948 à Peoria, dans l'État de l'Illinois aux États-Unis. Diplômé de l'université Washington à Saint-Louis (Missouri) en 1971, il est enseignant jusqu'en 1987, année à partir de laquelle il devient écrivain à temps plein.
Sa première nouvelle, Le Styx coule à l'envers, est publiée en 1982. Le chant de Kali, premier roman, sort en 1985.

Dan Simmons est connu pour être un auteur à plusieurs facettes, mélangeant avec aisance les genres dans ses livres : science-fiction, fantastique, horreur ...

Autres œuvres de Dan Simmons sur Kosmi :
Le Styx coule à l'envers (nouvelles, 1982-1997)
L'échiquier du mal (1989)
Terreur (2007)


[​IMG]

Les Cantos d'Hypérion sont constitués de deux grands cycles (divisés chacun en deux parties à l'époque pour des raisons de longueur en publication) et de deux nouvelles :
- Hypérion (1989) et La Chute d'Hypérion (1990), cycle correspondant aux Cantos d'Hypérion (le même titre que le cycle complet, donc),
- Endymion (1996) et L'Éveil d'Endymion (1997), cycle correspondant aux Voyages d'Endymion,
- La Mort du Centaure (1990), sorte de prélude aux Cantos,
- Les Orphelins de l'Hélice (1999), épilogue aux Voyages d'Endymion.

La nouvelle Je me souviens de Siri, écrite en 1983, constitue pour Dan Simmons le point de départ du cycle, puisque c'est par elle qu'il a eu l'idée de l'intrigue d'Hypérion. Elle a été intégrée au récit par la suite et incluse dans La Chute d'Hypérion (histoire du consul).

Dan Simmons a acquis la renommée internationale qu'il a aujourd'hui grâce aux nombreux prix qu'il a reçus pour le cycle d'Hypérion :
- prix Locus et prix Hugo pour Hypérion en 1990,
- prix Locus pour La Chute d'Hypérion en 1991,
- prix Locus pour L'Éveil d'Endymion en 1997.

[​IMG]

XXVIIIe siècle, âge d'or du Retz. Sept personnes ont été choisies parmi les milliards d'âmes que compte l'Hégémonie humaine pour effectuer un pèlerinage sur la planète Hypérion. Ils ne se connaissent pas mais devront composer avec les motivations des uns et des autres pour atteindre leur but : arriver jusqu'aux Tombeaux du Temps. Cet ensemble d'édifices venus du futur est la tanière du Gritche, une créature mystérieuse et mortelle, mi-biologique, mi-machine, qui va et vient à son gré dans l'espace-temps. D'après la légende, six d'entre eux mourront à l'issue du pèlerinage, tandis que le septième verra son vœu exaucé. Et si, avec ce vœu, c'était l'avenir même de l'humanité qui était en jeu ?


[​IMG]

Monument de la science-fiction au programme de mes lectures de 2016 : les Cantos d'Hypérion.

La première partie des Cantos porte sur le pèlerinage jusqu'à Hypérion, ses tenants et ses aboutissants. Hypérion est écrit comme une sorte de roman à l'arrière-plan, racontant le pèlerinage, donc, avec au premier plan un ensemble de nouvelles, chacune d'entre elles étant le récit d'un pèlerin. Cette succession de récits, dans des styles très différents, ne m'a pas particulièrement dérangée, j'ai même trouvé intéressant de comprendre les motivations des uns et des autres, et pourquoi chacun avait tant intérêt à être choisi pour aller sur Hypérion. J'ai souvent entendu le terme de "récit à sept voix" pour parler des Cantos, et c'est une expression qui colle bien à la réalité.
Avec la suite, La Chute d'Hypérion, on change la donne. Presque toutes les histoires ont été abordées et le point de vue adopté prend du recul pour faire la part belle à l'intrigue proprement dite, à une échelle plus globale. Le lecteur peut ainsi appréhender tous les enjeux du pèlerinage d'un côté, et de la guerre entre humanité et Extros de l'autre.
En bref, j'ai beaucoup aimé ce premier livre. La description de l'univers, les enjeux, les personnages, pour moi c'est tout bon.

Autant le dire tout de go, j'ai bien moins apprécié Les Voyages d'Endymion. Outre le travail d'édition déplorable (j'ai lu la version des éditions Robert Laffont ; contrairement au tome 1, il y a dans celui-ci de nombreuses fautes de français ainsi que des signets encore visibles ...), la qualité et l'intérêt du récit sont moindres et décroissent au fur et à mesure de la lecture. J'ai trouvé de nombreux points morts, où l'auteur s'attarde avec force descriptions sur des points qui étaient loin de me captiver, et une façon de marteler son message assez déplaisante. Cela étant dit, tout n'est pas à jeter dans ce tome-ci, loin de là. Dan Simmons est malgré tout parvenu à me tenir en haleine sur un bon nombre de pages et j'ai beaucoup apprécié sa conclusion douce-amère.
Les Voyages d'Endymion se déroulent plus de 200 ans après les événements des Cantos d'Hypérion et suivent Énée, jeune fille amenée à devenir le messie de l'humanité sous le nom de Celle qui Enseigne, accompagnée de son "garde-du-corps" Raul Endymion. On y trouve de nombreux renvois aux pèlerins d'Hypérion, qui permettent de situer l'histoire présente par rapport au passé. Pour autant, et même s'il s'agit d'une sorte de suite, l'histoire d'Énée et Raul est indépendante.
Ce second livre permet par ailleurs de répondre (plus ou moins confusément) à quelques questions restées en suspens dans la partie précédente : la nature du Gritche, du cruciforme, du TechnoCentre, etc. Mais pour être honnête, j'étais pleinement satisfaite avec la fin des Cantos d'Hypérion et à mon avis, connaître ces réponses est parfaitement dispensable.
Un deuxième tome assez sympathique dans l'ensemble, donc, mais qui pour moi est loin d'égaler le premier : "méchants" plus caricaturaux que dans le premier, histoire moins intéressante ... J'ai conscience de le descendre en flèche alors j'en ai tout de même apprécié la lecture, mais il faut dire que je venais d'achever le premier (j'ai lu le cycle d'Hypérion d'une traite), je n'ai pu m'empêcher d'être un peu déçue.

En ce qui concerne les deux nouvelles appartenant au cycle, il m'est assez difficile de formuler un avis. Le parti pris de la narration pour La mort du centaure, avec l'histoire dans l'histoire, ressemble assez aux Cantos. J'avoue que le récit de fond m'a laissée indifférente mais l'ensemble est assez plaisant à lire.
Les orphelins de l'Hélice, épilogue faisant suite aux Voyages est plus linéaire. On en apprend un peu plus sur la communauté de l'Hélice et on se fait une idée rapide du devenir de l'univers humain. En fait, à l'inverse de la première nouvelle, c'est ici la toile de fond plus que l'histoire elle-même qui m'a intéressée.

Publicité

Cliquez pour voir les pièces jointes

Partager cette page

Sheeana

Sheeana

Auteur de 32 fiches
Dernière publication : Hypérion (index Oeuvres Littéraires et des Beaux Arts)

Chargement...

1 commentaires dans la discussion Littérature Hypérion

  1. Lucullus

    Lucullus3 Janvier 2017

    J'ai adoré à l'époque même si c'est un peu touffu comme écriture. mais cela fait longtemps et je n'en ai lus trop de souvenirs
Continuez la discussion dans les forums : Littérature Hypérion