Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Littérature Hush, Hush

Fiche dans 'Oeuvres Littéraires et des Beaux Arts' rédigée par Celia, 2 Mars 2012. Current view count: 863.

Publicité

Hush, hush

Titre V.O. : Hush, hush

Auteur - Staff :

Domaine : Littérature

Genre(s) : romance fantastique adolescentes

Hush, hush

Hush - Copie.jpg


Auteur : Becca Fitzpatrick

Genre : romance fantastique pour adolescentes

Origine : Etats-Unis

Parution : 2009

Bibliographie de l’auteur :
Becca Fitzpatrick est une auteur américaine probablement née en 1979 (Il n’y a pour le moment que très peu d’informations sur elle). Hush, hush est son premier roman et une suite est prévue.

Histoire :
Nora Grey est une intelligente et responsable lycéenne (d’après le résumé de l’éditeur, j’ai certaines raisons de douter de ça), pour qui les ennuis commencent quand son nouveau voisin de Biologie est Patch, un mystérieux élève transféré assez récemment, mystérieux au point qu’elle est obligée de lui demander son prénom (comme ça n’a pas l’air d’être l’université avec des classes de 100+ élèves, c’est probablement le lycée, je me suis interrogée sur comment dans le système américain, on pouvait ne pas connaître le prénom d’un élève de sa classe… même s’ils n’ont peut-être que 5 h de cours en commun).

Mon avis :
Un transfert, un élève mystérieux, une élève assez douée mais peu agile, ils sont voisins pendant le cours de biologie, du « stalking », du base-ball, une capacité surnaturelle venant de l’élève mystérieux : en lisant ce livre, j’ai eu la très nette impression qu’il reprenait de nombreux éléments de Twilight (Tentation) de Stephenie Meyer. Mais un mauvais Twilight.

Patch tout d’abord… je vais commencer par avouer combien mon âme peu charitable aurait été prête à aller traîner ses parents en justice pour lui avoir choisi un prénom si ridicule si la pensée que c’était lui-même qui l’avait choisi ne m’avait pas semblé plus vraisemblable. Il commence donc déjà par deux points négatifs : son très mauvais prénom et le fait qu’il a sûrement lui-même choisi son très mauvais prénom… ou alors, il n’a pas eu l’intelligence de se donner un surnom… ou peut-être est-ce son surnom… auquel cas je peux au moins critiquer son choix d’un très mauvais surnom (l’appréciation d’un personnage étant totalement subjective, je me réserve le droit d’apparaitre terriblement injuste pour l’improbable kosminéen(e) qui adorerait le prénom Patch… pour un personnage masculin qui doit être apprécié et non pas pour une poupée de chiffons ou un robot et pas dans une comédie).

Ensuite, oui, je vois comme il joue les bad boys lançant des piques ou en faisant des avances. Mais ça me semble plus un mauvais film où l’héroïne est attirée par le bad boy et où on est juste exaspérée par elle - et lui - (parce que franchement, il a peut-être son physique pour lui, mais son attitude et son comportement – je voyais venir une gifle ou mieux un coup de poing de l’héroïne, mais sans succès- , sans parler de son prénom plaident totalement contre lui), qu’on la traiterait d’idiote s’il n’y avait pas son amie, Vee, qui remporte pour le moment la palme (pendant une courte scène, je me suis dit qu’il fallait la tuer, la ressusciter et la tuer à nouveau). Ou peut-être est-ce encore à mettre dans les mauvais points de l’héroïne d’avoir une amie qui se plait à l’embarrasser.

Pour se démarquer un peu de Twilight, l’auteur a voulu faire son roman plus cru mais je ne suis pas une grande fan de Gossip Girl donc les nettes allusion sexuelles venant parfois d’un personnage de 65 ans et les charmantes considérations sur le maquillage m’ont semblé être du pur remplissage.

Après les vampires, les anges sont parait-il, la nouvelle mode dans une certaine littérature. Hush, hush est un de ces livres surfant sur cette vague (et la mode de Twilight) mais est plus un livre qu’il est plus plaisant d’assassiner que de lire… la preuve étant, écrire une fiche sur ce livre m’a semblé plus impératif que de terminer de lire le livre-dit. J’ai même été lire deux opinions sur ce livre (alors que je ne le fais jamais pour un livre que je suis en train de lire), qui m’ont confortée dans mon avis même si ce livre a plutôt été bien accueilli, du moins au début.
Je vais réitérer ici que j’aime Twilight, je compte même le relire et que je ne suis donc pas le type de lectrice qui va lire Hush, hush en se trompant de genre, et qui dépitée, écrit une critique peu élogieuse, un peu perdue comme des présentateurs devant un gagnant de l’Eurovision.

Publicité

Cliquez pour voir les pièces jointes

Partager cette page

Celia

Celia

Auteur de 20 fiches
Dernière publication : Hikaru no Go (index Oeuvres Manga & Anime)

Chargement...

1 commentaires dans la discussion Littérature Hush, Hush

  1. Celia

    Celia2 Mars 2012

    J'ai écrit ma fiche en me basant sur les 7 premiers chapitres du livre (sur 30). Les suivants ont été plus faciles à lire, vu que j'ai adopté une vue plus à même d'apprécier le livre, une fois établi que les personnages ne sont pas en fait à apprécier littéralement. C'est peut-être plus une parodie : - compter le nombre de fois où on veut tuer l'amie de l'héroïne - déterminer la vraisemblance d'une action et si c'est le fait de l'héroïne, déterminer son degré d'intelligence et de... Lire la suite
Continuez la discussion dans les forums : Littérature Hush, Hush