Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Erelina

Fiche dans 'Galeries des membres' rédigée par Erelina, 20 Septembre 2014. Current view count: 4923.

Publicité

Divers

Consigne : Écrire (en une dizaine de minutes) un texte à la deuxième personne du pluriel, car le "vous" est utilisé comme outil de distanciation de l'auteur face à un quelconque évènement (souvent difficile) et permet également au lecteur de s'identifier au personnage.

Vous ne pouvez pas en parler. Vous essayez, vous tentez de vous rapprocher de quelqu’un, n’importe qui, mais chaque fois que vous ouvrez la bouche, aucun son ne parvient à franchir vos lèvres. C’est tellement dur, tellement grave aussi. Vous savez pertinemment qu’il est important de vous confier, que vous devez le faire pour avancer mais tout semble éteint, mort, presque comme si cela n’avait jamais existé. Et pourtant les ombres qui passent sur votre visage lorsque les souvenirs ressurgissent sont bien réelles. La fébrilité avec laquelle vous marchez dans ces rues autrefois si banales et inoffensives l’est aussi. Vous vous isolez, vous êtes littéralement terrifié à chaque coup frappé à la porte, vous ne pouvez oublier. A force de trop sourire vous ne parvenez plus à sortir de cette confortable comédie là où, en réalité, tout n’est que tragédie. Alors vous vous faites violence, vous allez voir une personne de confiance, un ami, un frère et vous lui annoncez. Et lorsque l’horreur se peint sur son visage vous souriez encore, douloureusement cette fois, et vous baissez les yeux. Vous refusez de voir cette pitié dans les siens. Il s’assoit et d’une voix faible vous demande si c’est vrai. Alors enfin vous racontez, dans les grandes lignes évidemment car la vérité est trop crue, trop brutale, presque indicible. Mais il vous connaît, il sait que vous cherchez à le protéger, il veut tout savoir. Vous fermez les yeux, prenez une grande inspiration, cherchez vos mots et le laissez enfin toucher du doigt votre cœur à vif que vous cherchiez tant à cadenasser. Et vous pleurez. Les larmes libératrices trop longtemps refoulées semblent intarissables. Il vous prend dans ses bras et ce contact chaud, rassurant vous apaise. Vous savez que c’était la bonne chose à faire. Vous n’êtes plus seul.

Publicité

Partager cette page

Erelina

Erelina

Auteur de 1 fiche
Dernière publication : Erelina (index Galeries des membres)

Chargement...