Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Cinéma Equalizer

Fiche dans 'Oeuvres des Arts médiatiques et scéniques' rédigée par Yajijy, 11 Février 2015. Current view count: 1419.

Publicité

Equalizer

Titre V.O. : The Equalizer

Auteur - Staff :

Domaine : Cinéma

Genre(s) : thriller, Policier, Action

Avertissement : Le contenu de l’œuvre peut heurter la sensibilité du public. Motif(s) : Langage grossier, Violence,... Veillez à ne pas poster d'images ni tenir de propos explicites sur les forums.
TheEqualizerposter.jpg

Réalisateur : Antoine Fuqua
Distributeur : Sony Pictures Entertainment
Compositeur : Harry Gregson - Williams


Acteurs :

Robert McCall : Denzel Washington
Teri : Chloë Grace Moretz
Mandy : Haley Bennet
Teddy / Nikolaï : Marton Csokas
Susan Plummer : Melissa Leo
Brian Plummer : Bill Pullman

Durée : 2h12 min
Format : 2D et 3D
Date de sortie :
US 26 Septembre 2014
FR 1er Octobre 2014
Date de sortie vidéo :
Budget :
50 000 000 $

Résumé :


Avis :

The Equalizer est l'adaptation au cinéma d'une série télévisée du même nom diffusée sur la chaine américaine CBS à partir de 1985.

Si le scénario du justicier hors-la-loi est plutôt vu et revu de nos jours, il faut avouer que The Equalizer possède sa petite touche personnelle qui m'a marqué. Intrigue simple, mais bien soutenue durant le film, et ce, pour plusieurs raisons :

TheEqualizerPic3.jpg

- Du côté des personnages, Denzel Washington excelle en tant que justicier discret, et c'est ce qui va faire toute l'ambiance du film : On a là un héros qui cherchait et maitrisait son anonymat, avant que le destin en décide autrement. Robert McCall est un homme qui semble à la fois calme, mais tourmenté par son passé et ses actes. Sa bonté le poussera à sortir de l'ombre, tout en assumant le fait qu'il se salira les mains pour parvenir à ses fins, et ce, de manière très subtile. Ce qui m'a marqué le plus dans son rôle, c'est

son regard à deux facettes : D'un côté, des yeux d'une douceur et d'une bienveillance palpable lorsqu'il s'adresse à des personnes qui lui importent. Et de l'autre, un regard noir très intense et froid, à mi-chemin entre tristesse, et impassibilité, pour ceux qui n'ont aucune valeur.

Je mettrai en avant également son humanité : Un homme qui avait si soigneusement masqué son passé, dérape du jour au lendemain pour une fille qui lui était presque inconnue. Une faille dans la carapace du cœur de pierre, qui prouve que son "amie" valait plus que sa couverture et sa tranquillité.

"Je saurais pas dire pourquoi, cette fille comptait pour moi, ce qu'ils lui ont fait ne m'a pas laissé indifférent."

TheEqualizerPic4.jpg

Marton Csokas s'impose aussi en tant que mafieux russe redoutable, brutal, et intransigeant dans sa mission. Il vient, va droit au but, et la violence parle pour lui. Les dialogues, c'est surfait !

TheEqualizerPic5.jpg

Concernant Chloë Grace Moretz, je n'ai pas grand chose à dire pour la simple et bonne raison que

son rôle est tout simplement trop court à mon goût dans le film pour pouvoir critiquer ou mettre en valeur quoi que ce soit la concernant. Quelques dialogues et regards fatalistes avec Robert, avant qu'elle se fasse tabasser, et s'absente à l'hosto pour les quasi 3/4 restants du film.

- Hary Gregson-Williams a fait un gros travail sur la musique du film. Comme tout film d'action, les atmosphères changent rapidement, et la musique facilite l'immersion et la transition d'une scène à l'autre. Mais pas seulement. En plus d'ambiancer, la musique est très pertinente car

elle accompagne l'évolution de Robert McCall, de la vie bien rangée jusqu'à la renaissance de l'homme impitoyable qu'il était autrefois : elle parle dans ses silences, nous fait sentir l'instant de trop qui brise son pacifisme, la violence qui refait surface et lui fait endosser une identité qu'il avait enterrée, pour enfin finir sur une note rythmée, mais triste également, puisqu'elle met en valeur le dépit d'un homme qui tue sans aucun plaisir, pour le bien des autres.

TheEqualizerPic6.jpg

En conclusion, j'ai trouvé le film très agréable à regarder : Une histoire classique, mais qui tient la route, un Denzel Washington qui m'a énormément rappelé Man on fire (2004), peu de dialogues et pas d'excès dans les scènes d'actions. Le réalisateur nous offre ici une œuvre assez épurée, ce qui limite les fioritures, la parlotte, et les effets spéciaux à ne plus savoir quoi en faire. Je vous le conseille, et, dans le pire des cas, ça peut vous distraire pendant deux heures :D

Ah, une dernière chose :

Le film a été construit en laissant énormément de mystères concernant Robert McCall, et c'est justifié, puisqu'une suite a d'ores et déjà été annoncée. J'espère que ce second opus mettra un peu plus en valeur Chloë Grace Moretz, si elle vient à réapparaître. :happy:

Publicité

Cliquez pour voir les pièces jointes

Partager cette page

Yajijy

Yajijy

Auteur de 10 fiches
Dernière publication : Last Game (index Oeuvres Manga & Anime)

Chargement...
Soyez le premier à laisser votre commentaire : Cinéma Equalizer