Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Caro

Fiche dans 'Galeries des membres' rédigée par Caro, 24 Décembre 2013. Current view count: 4741.

Publicité

Adonias


Cela faisaient maintenant plusieurs jours que je patientais sagement dans la forêt, assise sur un tronc d’arbre couché qui n’avait pas survécu à la dernière tempête. Je ne souhaitais pas envahir le microcosme qui se trouvait autour de moi, cependant, il y avait bien une raison pour laquelle je me trouvais là, et ce n’était en aucun cas d’imposer ma présence gratuitement. En effet, nous entrions dans la période sacrée d’éclosion des petites déesses que nous appelions Adonias. Et après quelque recherche, j’avais découvert quelques mois plus tôt que ce site était particulièrement disposé à accueillir les cocons de ces petites poupées.

Telle une statue, je patientais et patientais encore, mais pour rien au monde je ne me serais trouvée ailleurs que sur cet arbre, avec lequel j’avais tissé quelques liens d’affection à mesure que les minutes, les heures, puis les jours avaient défilés. J’ouvrais grand les yeux, dressais mes oreilles, tous mes sens en éveil, afin de détecter l’instant où cela débuterait.

***

Puis ce moment attendu, tant par les déesses que par moi, arriva. Mes sens n’eurent aucun mal à repérer ce changement d’atmosphère car des boules de lumière telles des lucioles immobiles étaient apparues soudainement au dessus de ma tête. Je levai les yeux. Les arbres étaient parsemés de gouttes dorées, donnant à ce lieu une dimension féerique. Mais après tout, je me trouvais bien dans un endroit hors du commun. En réalité, ces pelotes étaient là bien avant que j’arrive, seulement, trop bien dissimulées pour que l’on puisse s’en apercevoir. Ne faisant qu’un avec les pétales de fleurs dans lesquelles ces cocons étaient lovés, il m’avait été impossible de les discerner malgré mes efforts. Mais ce voyage et cette attente n’avaient pas été vains : voilà que j’étais récompensée. Le panorama qui se dessinait devant moi me donnait la chair de poule.

A cet instant, les Adonias étaient en train d’éclore. Toutes ensemble se mouvant sous l’action d’un unique souffle. Une brise s’était invitée et rafraichissait l’air lentement. Elle apportait non seulement la force nécessaire au déploiement futur de leurs ailes, mais aussi un doux parfum de printemps. Cette saison où vous pouvez jurer que toute la morosité enfouie vous s’évanouie. Pour ces déesses, cet instant ne représentait pas seulement un apaisement, mais aussi une délivrance. Une véritable renaissance. Un moment longuement attendu, inéluctable.

Je décidai alors de concentrer mon attention sur une de ces créatures plus extraordinaire les unes que les autres. Elle ne disposait que de son courage et de sa volonté pour s’extirper de sa cage nacrée. Comme une fugitive tentant de s’enfuir d’une prison dont les gardes se seraient endormis au son d’une voix malicieuse. Car cette voix, j’étais persuadée qu’elle la possédait. J’avais tellement entendu de contes et de légendes à propos de ces petites déesses qu’il me tardait de vérifier toutes mes hypothèses. Mais à ce moment précis, j’étais intensément captivée par le spectacle qui s’offrait si généreusement à moi. Par conséquent, je ne pouvais que laisser place à l’observation, en m’abstenant de faire intervenir toute connaissance sans fondement qui aurait pu fausser un tel événement.

***

Elle transperça son moelleux cocon sans hésitation. Ses mains se posèrent avec douceur sur les rebords repliés de ce qui lui avait servi de chaude protection. Mon premier regard fut pour sa chevelure d’or. Son dos était éclipsé par de longues boucles dorées, qui aurait rendu envieuse n’importe quelle humaine, moi comprise. Puis mon regard se dirigea vers ses yeux. Ils étaient abrités sous de longs cils qui lui permettaient de filtrer la lumière, aveuglante un jour d’éclosion. Ils étaient d’un vert ! Mais pas d’un vert habituel – rien n’était habituel chez les Adonias – plutôt d’un vert transcendant, sublime et captivant. Gare à celui ou celle qui s’y plongerait trop longuement. Venaient ensuite ses lèvres, de couleur d’or elles aussi. Elles invitaient à voler un baiser.
Je fus ensuite absorbée par sa peau blanche luisante. Elle ne recevait pas les rayons du soleil. Elle émettait. Cette fée était elle-même l’étoile de tout un monde. Mon monde à l’heure où je prenais ces notes. Je longeai alors ses bras. J’étais impressionnée par la finesse de ses doigts, de ses membres, mais en réalité, tout chez elle semblait trop fragile. Une sorte de paradoxe. Un être fort et déterminé, une véritable femme fatale ayant pourtant un aspect si frêle que notre seule volonté était de la protéger. Elle se servait de sa beauté et de son apparente fragilité comme d’une arme. Elle pouvait métamorphoser n’importe quel être lui voulant du mal en un protecteur qui aurait donné sa vie pour elle.

***

Alors que je la contemplais, il survint un chant des tréfonds de la forêt. Il résonna en moi. Il résonna en tout. Les arbres se mirent à frémir, et je remarquai alors ce que je n’avais pas su voir auparavant, des ailles diaphanes qui battaient incessamment. A quel moment les avait-elle dépliées ? Un mystère de plus, que je m’efforcerai de lever à ma prochaine excursion. Mes yeux levés vers les cieux, je repris une vue d’ensemble. Toutes les déesses avaient éclos. Chacune se tenait encore à proximité de sa cage consumée. Mais cela n’allait pas durer. Je le sentais, ce chant était un appel. Il indiquait une direction, un chemin à emprunter. C’était une mère qui rappelait ses enfants à leur foyer. Mais je ne pouvais pas les suivre. Je me contentai donc de les admirer alors qu’elles s’élevaient à l’unisson. Leurs pieds quittèrent un bois rassurant pour flotter dans les airs. Elles venaient d’éclore mais appréciaient déjà le fonctionnement de leur personne. Elles commencèrent à fredonner la mélodie. C’était formidable.

Je ne pouvais en croire mes oreilles, je ne pouvais en croire mes yeux. Alors que ces déesses s’éloignaient dans la pénombre, je prenais conscience que j’avais assisté à une métamorphose.

Publicité

Partager cette page

Chargement...

1 commentaires dans la discussion Galerie Caro

  1. Caro

    Caro25 Avril 2014

    Quelques photos de l'Hotel de ville de Poitiers et de la Cathédrale Saint-Pierre! :)
Continuez la discussion dans les forums : Galerie Caro