Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Arck by Arckhangelos

Fiche dans 'Galeries des membres' rédigée par Arckhangelos, 8 Mai 2014. Current view count: 4636.

Publicité

J'avais lu Faust et je m'étais dit qu'un petit pacte avec le Diable serait quelque chose de nouveaux dans les récits que j'avais écrit.
Deuxièmement, c'est un test pour essayer d'écrire quelque chose de long. Mais à la fin, j'ai pas trouvé d'événements pour rallonger le récit et garder du rythme donc plutôt que de trainer en longueur (c'est peut-être chiant comme histoire) j'ai fait en sorte d'abréger (peut-être trop abruptement).


L'encre rouge

« Non ! » sa voix retentit dans toute la pièce. Une nouvelle fois le directeur refusait mon essai.

Ce n’était pas comme lors de mon premier échec. Plus brutal, plus frappant. Je relevais doucement la tête, et observais cet homme dont mon avenir dépendait. C’était la caricature du patron. Un homme carré, pas très grand. Ses yeux dégageaient cette énergie qui vous détourne le regard.

Il commença à me parler comme à chaque fois de mon manque d’expérience et des nombreux points négatifs de ma narration ainsi que de mon trop jeune âge pour pouvoir espérer être publier. Je ne suivi pas le cours de la discussion. J’étais tellement habitué à ces paroles que je préférais broyer du noir en crispant mes poings sur mes genoux, les yeux fixés sur un point imaginaire. Ses grosses lèvres ne cessaient de remuer. Sa moustache ondulait en cadence.

Soudain, le silence se fit. Embarrassé, je ne savais pas s’il m’avait posé une question ou tout simplement demander de quitter son bureau. Je lui jetai un coup d’œil. Il vit mon hésitation et me désigna la porte de la main. Je me levai alors lui serrai la main puis le quittai sans aucun regard en arrière. Je l’entendis après avoir fermé la porte vociférer, encore une fois. Je plaignis intérieurement la personne qui devait passer après moi.

Errant dans la rue, j’entrai dans la première distillerie que je trouvais. Noyer son chagrin dans l’alcool n’a jamais été une bonne solution, mais au moins le désespoir disparaît, c’était maintenant le plus important. Je pris place loin du brouhaha, à une table à l’écart. Je me saoulerais en paix. Je sortis mon calepin et commençais à sortir des bribes de phrases, sans aucun rapport les unes avec les autres pour m’occuper l’esprit.

Le serveur m’apportait un quatrième verre quand une personne prit place à côté de moi. Je ne l’avais pas vu arrivé. C’était un vieux monsieur. Il portait un habit noir complet et déposa son chapeau sur la table. Son visage et surtout la lumière dans ses yeux exprimaient une grande intelligence. Il se présenta rapidement. Plus il parlait plus j’appréciais sa figure où la blancheur de ses cheveux et de son teint étaient omniprésente.

Il ressemblait à un vieux bourgeois près de ses sous mais, néanmoins, il dégageait une chaleur attirante. Marchand revenant d’Angleterre, il avait été surpris par la nuit en arrivant ici. Il irait ensuite continuer ses affaires à Paris. Là, il était venu se réchauffer un peu avant d’aller dans la chambre qu’il avait loué. De mon côté, je lui racontais mes déboires et la difficile situation dans laquelle je m’étais mise.

Il me pris alors la main et me dit :

« Monsieur, il est toujours possible d’atteindre ses rêves.
- Peut-être, lui répondis-je. En tout cas, cela ne semble pas être le cas pour moi. J’ai beau prier, j’obtiens toujours le même résultat. Je n’ai plus personne vers qui me tourner. J’ai maintenant perdu tous les soutiens que je possédais. Bientôt, je n’aurai plus de quoi me loger et me nourrir. J’ai déjà vendu presque tous mes meubles et mes vêtements. Les journaux ne veulent pas de moi, eux aussi. N’aurais-je donc aucun talent ? Ma passion serait-elle incompatible avec mon écriture ?

- Ne désespérez pas ! Il y a forcément une solution qui permettra à votre talent de s’épanouir et d’obtenir la reconnaissance de tous.

- Je n’en vois aucune. Hélas…Ce serait mon plus cher vœux ! »

Nous continuâmes de discuter sur le sujet. Nous commandâmes chacun quelques verres afin de ne pas assécher nos bouches à force de parler. Il m’apprit qu’il avait beaucoup voyagé et rencontré de nombreux écrivains. Son nom m’était complètement inconnu mais j’étais heureux de pouvoir discuter avec quelqu’un de mes soucis.

Je m’enfonçais progressivement dans les ténèbres, mélange de fatigue et d’alcool quand il me fit une proposition étrange. Ma volonté me poussait à accepter. Je voulais plus que tout devenir célèbre grâce à mon écriture. Son pacte me semblait une porte ouverte vers le paradis.

Hésitant peu de temps, je pris le papier qu’il me tendait mais ne pu le lire. L’alcool avait du embrumer mes yeux. Il me désigna un endroit où signer, puis sorti un couteau et m’ouvrit légèrement la paume de la main gauche complètement anesthésié, j’eus un sourire benêt. Le serveur vint récupérer les boissons et nous jeta un regard étonné.

Puis, le vieil homme sortit une plume et me demanda de signer. Avec beaucoup de peine je trempai la plume dans la plaie et fit un semblant de signature à l’endroit indiqué. Je sais pas si j’étais tout à fait conscient de ce que je faisais.

Mon interlocuteur sourit et dit d’une voix grave et forte que je fus pourtant le seul à entendre : « Le pacte que voici par le sang est scellé pour l’éternité ».

Ma tête s’affaissa lentement sur la table et je m’assoupis.



L'intégralité de la nouvelle est disponible via le fichier pdf présent en bas de la page.

Publicité

Partager cette page

Arckhangelos

Arckhangelos

Auteur de 87 fiches
Dernière publication : Peuple de l'Abîme (Le) (index Oeuvres Littéraires et des Beaux Arts)

Le mot de l'auteur :

Avatar Révolté de Classe Karmique, Harceleur Angélique d'un Naturel Gourmand, Éveillé à la Littérature, Original Spécimen

Chargement...

2 commentaires dans la discussion Galerie Arck by Arckhangelos

  1. Caro

    Caro8 Mai 2014

    Pour l'instant je n'ai lu que les avant propos en cherchant un texte qui t'aurait été inspiré directement par cette muse dont tu parles dans ton intro, mais aucun ne m'a semblé correspondre. Peux-tu assouvir ma curiosité?
  2. Arckhangelos

    Arckhangelos12 Mai 2014

    Haha, une question assez facile à répondre. La muse a été une source d'inspiration que je qualifierais de secondaire. Il y a des choses que j'ai écrit qu'elle m'a plus ou moins inspiré mais qui ne sont pas présents dans cette galerie. Cependant, à l'époque, je l'ai plus ressenti comme une sorte de carburant, quelque chose qui te pousse à continuer, de donne une certaine motivation plutôt que la vision romantique et contemplatif de la chose à savoir : vanter les qualités de la belle, sublimer... Lire la suite
Continuez la discussion dans les forums : Galerie Arck by Arckhangelos