Fermer la notification
Kosminea est un site communautaire de partage et d'échanges autour de nombreux sujets.
En vous inscrivant, vous pourrez participer aux discussions, personnaliser votre profil, naviguer sans publicité, et proposer vos propres fiches pour partager vos centres d'intérêt.
Fermer la notification
Pour vous permettre de profiter au mieux de Kosminea, nous utilisons des cookies. En navigant sur ce site, vous en acceptez l'usage.
Pour plus d'infos, cliquez ici.

Anime Ano Hi Mita Hana no Namae o Bokutachi wa Mada Shiranai (AnoHana)

Fiche dans 'Oeuvres Manga & Anime' rédigée par Maya, 8 Septembre 2012. Current view count: 2055.

Po_ aime ceci.

Publicité

Avis personnel :

Un résumé qui ne paye pas de mine lorsqu'on découvre ce qu'il en est vraiment de l'histoire. Une grosse claque en ce qui me concerne. Le premier épisode est une pure merveille qui laissait déjà présager l'un des meilleurs animes du printemps 2011.

Au départ, l'on peut s'attendre à quelque chose de plus "fun" avec de l'humour et des scènes coquasses au sein d'une clique d'amis de longue date qui finissent par se retrouver.. Mais on en est bien loin.
Concernant le plot à proprement dit, je mets sous balise spoiler, gâcher la surprise à certains serait un véritable gâchis :

Dès les premières minutes, on commence à avoir la puce à l'oreille face à la non-réactivité du père de Jintan qui ne remarque/se soucie pas de la présence de Menma. Là, on a deux possibilités : Soit c'est un fantôme, soit c'est un délire imaginatif de Jintan et elle n'existe que dans "sa tête".

L'opening (magnificos *_*) nous oriente plus vers la théorie de la loli fantôme.

On découvre les différents protagonistes l'un après l'autre.. leurs apparitions étant séparées/rythmées par les différents flash-back (leurs versions chibi sont à croquer) dont dégagent une émotion telle qu'il serait difficile de ne pas en avoir le cœur serré à défaut d'en avoir la larme à l'œil.
Impossible de ne pas se projeter en ces personnages assez crédibles dans l'ensemble.. de ne pas avoir une pensée pour ses amis d'enfance qu'on aurait perdu de vue. Qu'on croise des fois, par hasard, au détour d'une rue, qu'on salue.. et chacun continue son chemin, chacun mène sa petite barque.
On pourrait même pousser le vice jusqu'à penser à nos "amis actuels" qui pourraient un jour, selon les circonstances de la vie, devenir de sombres inconnus ayant un jour fait partie de notre vie.

On ne s'identifie pas forcément aux personnages mais on s'y projette aisément. Ce qui nous relie à eux n'est pas spécialement de l'identification mais plutôt de l'empathie.

Du groupe, Yukiatsu est de loin le personnage dans lequel il m'est le plus aisé de m'identifier, personnellement. Un enfant effacé, toujours ruminant dans l'ombre du leader en le jalousant et craquant pour la même fille que ce dernier dans un esprit de concurrence, il lui envie tout, même la fille. Avec l'âge, même en étant sorti de l'ombre, il garde ce sentiment d'infériorité (on ne se refait pas), ce besoin intempestif d'être le centre de l'attention et d'écraser l'autre afin de se prouver à soi-même qu'on a évolué et qu'on vaut désormais mieux que ceux qui nous dominaient autrefois. Derrière son arrogance, se cache un manque de confiance en soi qu'on remarque dès le premier épisode. On n'a pas besoin de Tsuruko comme interprète pour réaliser que Yukiatsu se sert de Jintan comme punching-ball de sa propre frustration.


Outre les personnages réussis, il règne dans la série une ambiance mélancolique et nostalgique souvent critiquée sur la toile, on reproche à la série de trop en faire et aux personnages d'être trop dépressifs et dépendants les uns des autres et incapables de trouver leur bonheur en dehors de la bande.
Il faut noter néanmoins qu'au début de la série, chacun des personnages mène sa petite barque, c'est le retour du

fantôme de Menma qui sert de catalyseur afin de faire remonter à la surface leur traumatisme suite à la perte d'une des leurs.

Il faut aussi comprendre que perdre un ami de vue au fil des années est loin d'être comparable à perdre un ami qui serait décédé soudainement, à l'apogée de notre relation.
Avant de perdre un ami de vue, il y a un long processus de détachement (et quelque part, si les sentiments restent intacts, on garde l'espoir de le retrouver un jour) alors que perdre un ami très proche (qui était carrément le pilier de la bande dans le cas de l'anime) à un âge précoce où on est particulièrement attaché à/dépendant de son entourage, ça a l'effet d'une onde de choc qui laisse des séquelles, une sensation d'inachevé et un sentiment d'impuissance. Donc, je trouve parfaitement crédible que les personnages soient aussi twisted, tournent en rond et finissent par se retrouver les uns (avec/contre) les autres grâce au pont d'union que représente - ironiquement - Menma.

Oui, ça chiale beaucoup, mais contrairement aux septiques, je n'ai à aucun moment eu l'impression que c'était là exprès pour faire craquer les moins larmophiles ou pour inciter les habitués à pleurer de plus belle.
Les larmes des personnages étant l'élément clé de l'intrigue.
Même si Menma était revenue pour aider Jintan à exprimer ses sentiments et extérioriser sa souffrance, on remarque à la fin que son souhait a changé, elle continue de lutter pour ne pas disparaitre afin d'aider tous les autres à tourner la page et faire leurs adieux. A la fin de l'anime, Menma n'est plus sur terre pour faire couler les larmes de Jintan (symbole d'acceptation et d'aller de l'avant) mais celles de tous les autres. Car elle réalise qu'il n'y a pas que Jintan qui soit bloqué dans le déni et la douleur mais tous les autres. La dernière scène où ils finissent par retrouver Menma et arriver à la voir symbolise l'acceptation. Au départ, Jintan était le seul à la voir car il était la clé du souhait, la raison de la présence de Menma sur terre. A la fin, si tous peuvent la voir, c'est parce qu'ils sont la raison de sa lutte pour rester, elle n'était plus là que pour Jintan mais pour eux tous. Je n'ai trouvé ni les oscillations de Menma entre disparaitre/lutter pour rester ni les larmes de ses amis de trop.

Plus qu'une histoire d'amour, AnoHana est une magnifique histoire d'amitié dont la fin est magistrale avec le tag :
superepacebusters.jpg
Super Peace Busters are friends forever.​


Ne vous attendez pas à une touche d'humour (personnellement, ça ne m'a pas spécialement manqué) car il n'y aura vraiment pas matière à rire durant les 11 épisodes, les circonstances ne prêtant pas à cela.
Quoi que
où Poppo, Anaru et Jintan jouent ensemble était assez léger, nous donnant une idée sur comment la troupe s'amusait autrefois.


Concernant les autres aspects, animation/charadesign, la série n'est pas hyper animée mais ce n'était pas nécessaire, même que c'était très bien pour une série du genre, je n'ai rien à redire là dessus en tout cas. Le charadesign fait énormément penser à HotD (normal, c'est du même charadesigner) mais ça ne m'avait pas embêté autant que je le craignais, finalement avec le fanservice et les gros nénés en moins : c'est plutôt beau.

Les génériques sont d'excellente facture et correspondent à merveille à la série, ils représentent excellemment le contenu/histoire.
Ils sont même des atouts principaux. L'ending est si intelligemment incorporé à la dernière scène avant d'être lancé qu'il participe grandement à la rendre encore plus poignante et nous donner envie de dévorer l'épisode d'après.
Et puis le combo Galileo Galilei + Secret Base = EPIC WIN !

Le format 11 épisodes était largement suffisant et un plus gros nombre aurait pu faire basculer la série dans les temps morts et l'ennui profond.

En conclusion, j'ai aimé. 11 épisodes de sans-faute. Un anime définitivement incontournable avec 6 personnages principaux qui n'ont rien à envier les uns aux autres, chacun d'eux s'est démarqué et m'a touchée à sa manière.

10/10 pour ma part.

Publicité

Cliquez pour voir les pièces jointes

Partager cette page

Maya

Maya

Auteur de 34 fiches
Dernière publication : Samidare (index Oeuvres Manga & Anime)

Chargement...

21 commentaires dans la discussion Anime Ano Hi Mita Hana no Namae o Bokutachi wa Mada Shiranai (AnoHana)

  1. Dareen

    Dareen18 Avril 2012

    S'il y a bien un anime où je ne pourrais jamais être d'accord avec toi ni avec les autres c'est bien celui ci. Comme pour Clannad je le hais, c'est physique. Je peux vous trouver toutes les preuves du monde pour appuyer mes propos mais c'est inutile : je le déteste de manière totalement subjective, c'est la lie de l'animation japonaise. Bref c'est mon seul et unique message sur ce topic, vous pouvez en dire du bien autant que vous voulez :) 01/10 pour ma part. Le 01 provient de la coupe de... Lire la suite
  2. Adol

    Adol18 Avril 2012

    Exactement du même avis que Maya. Ano Hana est sûrement la plus belle série animée qu'il m'ait été donné de voir, avec justement Clannad. Une superbe histoire qui touche à la période de l'enfance, du passage à l'age adulte, de la nostalgie, des regrets et du temps qui passe inexorablement et des traumatismes que l'on peut transporter et garder avec nous au fil de ce dernier. Mais plus que ça, Ano Hana est tout simplement une touchante histoire d'amitié avec le deuil pour thème principal.... Lire la suite
  3. Neighbor

    Neighbor16 Juin 2013

    Après m’être longtemps refusé à regarder cette série, voilà qu’en semaine creuse de cette fin d’année estudiantine je me prends au jeu et lance le premier épisode. 220 minutes plus tard, une larme unique et méritée à l’œil, je cherche un kit à arborer. Une semaine s’est écoulée, j’ai leu le temps de laisser l’émotion reposer, il est temps d’écrire sur une série fort intéressante mais pas sans torts. Bon, autant le dire franco, je n’avais pas eu ce sentiment amer mélangé à un excès de... Lire la suite
  4. NosferalTroll

    NosferalTroll16 Juin 2013

    Pour une fois, je résisterai à l'envie d'écrire un pavé monumental. Pourquoi ? Parce que pour moi, Anohana peut se résumer en un mot : sublime. C'est de très loin le plus bel animé que j'aie pu voir, et le seul qui a réussi non seulement à m'arracher une larme, mais également la seule œuvre, tous genres confondus, qui est parvenue à les faire couler allègrement. J'ai fini la série un soir ; la nuit même j'ai rêvé à nouveau de la fin, et je me suis réveillé le matin au bord des larmes,... Lire la suite
  5. Tsukuyomi Ryūku

    Tsukuyomi Ryūku21 Juin 2013

    J'vais faire le casse burnes mais je suis du même avis que Dareen. J'irais jusqu'à dire que c'est l'animé le plus surestimé de 2011.
Lire les messages suivants dans les forums : Anime Ano Hi Mita Hana no Namae o Bokutachi wa Mada Shiranai (AnoHana)